Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/02/2014

L'émouvant discours d'Obama sur la situation «révoltante» des minorités

L'émouvant discours d'Obama sur la situation «révoltante» des minorités

Devant un parterre de jeunes issus de minorités, Barack Obama a assuré que la question des minorité est «un dossier d'importance nationale».

 

VIDÉO - Face aux statistiques montrant que les jeunes noirs et hispaniques sont constamment désavantagés aux États-Unis, le président américain s'est appuyé sur son expérience personnelle pour prouver que les jeunes peuvent réussir.

PUBLICITÉ

Nouvelle collectionMa robe printanière

Je craque
1/5

«J'ai fait de mauvais choix. Je me suis drogué sans penser au mal que cela pouvait faire. Je n'ai pas toujours pris l'école au sérieux. Je me suis trouvé des excuses», a raconté Barack Obama jeudi soir, dans un discours appellant à améliorer les perspectives des jeunes issus des minorités, dont la situation est selon lui actuellement «révoltante».

Dans ce discours passionné et ému à la Maison-Blanche, le premier président américain issu d'une minorité raciale a expliqué que son parcours initial n'était pas différent de ceux de jeunes Noirs des quartiers difficiles, en butte à l'échec scolaire, à la drogue et à la violence. «La seule différence est que j'ai grandi dans un environnement qui pardonnait davantage», a ajouté Barack Obama, qui a vécu la plus grande partie de sa jeunesse à Hawaii (Pacifique). «Donc, quand j'ai fait des erreurs, les conséquences n'étaient pas aussi graves», a poursuivi le président, en soulignant que même s'il avait grandi en l'absence de son père, sa famille «n'a jamais cessé de croire en moi. Et donc, je n'ai jamais arrêté de croire en moi».

Barack Obama, qui a prononcé son discours sur une estrade, entouré de jeunes hommes issus des minorités, les a invités à prendre leur destin en main et à ne pas se trouver d'«excuses». «Il vous faudra rejeter le cynisme qui dit que les circonstances de votre naissance ou les injustices persistantes de la société vous définissent, vous et votre avenir», a-t-il martelé. «Rien ne vous sera donné. Le monde est dur... Mais je sais que vous pouvez réussir», a-t-il ajouté.

Par son exemple, le président américain a voulu prouver que les inégalités pour les jeunes issus de minorités ne sont pas une fatalité. Elles sont néanmoins très marquées aux USA. «Si vous êtes noir, vous avez une chance sur deux de grandir sans père», a déclaré Barack Obama. «Si vous êtes hispanique, c'est une sur quatre. Et nous savons que des jeunes hommes qui grandissent sans père ont davantage de risques d'être pauvres et de ne pas réussir à l'école». Selon la présidence, 86% des Noirs et 82% des Hispaniques n'ont pas le niveau requis de lecture à l'âge de dix ans, alors que ce chiffre est de 58% chez les Blancs.

Les minorités sont aussi surreprésentées dans la population carcérale, entretenant un cercle vicieux d'éclatement familial. Les jeunes issus de ces minorités ont six fois plus de risques d'être victimes de meurtre que les Blancs.

«Dossier d'importance nationale»

«Le pire dans tout cela, est que nous devenons insensibles à ces statistiques. Elles ne nous surprennent pas. Nous pensons qu'elles sont normales. Nous pensons que c'est une composante inévitable de la vie aux États-Unis, alors que c'est une situation révoltante», s'est indigné le président.

Mais ces chiffres, problème à la fois «moral» et «économique» pour l'avenir du pays, «devraient nous briser le coeur et nous forcer à agir», a ajouté Obama, qui dévoilait une opération de partenariat avec des fondations et des entreprises pour aider davantage de jeunes à réussir, intitulée «My brother's keeper».

«My brother's keeper» (le gardien de mon frère) fait référence à un passage de la Genèse, et Obama a eu recours à cette expression de nombreuses fois lors de ses discours électoraux pour illustrer son credo de solidarité. «My brother's keeper» vise à fédérer 200 millions de dollars sur cinq ans pour promouvoir l'éveil lors de la petite enfance, réduire l'illettrisme et sensibiliser à la discipline, entre autres.

La question des jeunes issus des minorités «est un dossier d'importance nationale. C'est un dossier aussi important que tous ceux sur lesquels je travaille», a encore dit celui qui a commencé sa vie professionnelle comme animateur social dans les quartiers défavorisés du sud de Chicago.

 

Michelle Obama, sa révolution beauté : pour ou contre le sourcil épais ?

Michelle Obama, sa révolution beauté : pour ou contre le sourcil épais ?

On n'aurait peut-être pu ne rien remarquer... Mais c'était sans compter sur le sens de l'observation des "beautystas" américaines. Elles n'ont, pour la plupart, qu'une passion dans la vie : scruter Michelle Obama pour déceler le moindre changement, le moindre détail beauté à lui piquer ou du moins à étudier. Après le buzz de la frange de la first lady, voilà que ce sont ses sourcils qui font l'objet de nombreux articles. Et pour cause, Michelle Obama a abandonné ses sourcils tout fins et très dessinés pour des sourcils épais, un peu boyish, un peu plus naturel. Alors pour ou contre les nouveaux sourcils de Michelle ?

Ras le bol de la dictature de l'épilation. En adoptant le sourcil épais, Michelle Obama impose son style, son originalité. Qui a dit que le sourcil fin était obligatoire pour une première dame ? Il n'y a pas que les mannequins au look ultra pointu qui peuvent se permettre cette touche de naturel, cette recherche d'une beauté moins apprêtée.

Michelle Obama, avant/après son changement de sourcils : une révolution beauté.

Adopter sourcil épais est le signe que l'on est une vraie connaisseuse en matière de mode. Depuis plusieurs saisons, plus aucun mannequin ne défile avec le sourcil fin, épilé, dessiné. Le sourcil se porte épais, presque broussailleux dans les hautes sphères d la mode. Michelle Obama qui a prouvé son sens du style à plusieurs reprises confirme son statut de modeuse en adoptant un sourcil ultra tendance.

Michelle Obama n'a plus ces sourcils.

Ces sourcils plus épais, très forts, encadrent le regard en lui apportant de l'intensité. Il faut également les assumer. Il faut une forte personnalité pour porter avec style des sourcils aussi présent sur un visage. C'est un peu comme une grosse monture de lunettes de vue ou un chapeau voyant. Si c'est mal assumé, l'effet est raté. Le sourcil épais se porte fièrement pour avoir de l'allure. Michelle Obama assoie son autorité, prouve sa confiance en elle.

Les nouveaux sourcils de Michelle Obama, sa révolution beauté.

Malheureusement pour Michelle Obama, ses (...)

Lire la suite de l'article sur Puretrend.com

Plus d'articles sur Puretrend.com :
Michelle Obama : une robe de bal majestueuse aux côtés de François Hollande
Michelle Obama et Barack : un divorce en 2016 ?
Michelle Obama : un dunk face à LeBron James, funky FLOTUS !
Michelle Obama : quand l'affaire Julie Gayet perturbe la Maison Blanche
Michelle Obama : 50 ans, 50 photos pour la plus fun des First Lady

RDC: Kinshasa met à l’honneur les albinos


Publié le 27-02-2014 Modifié le 27-02-2014 à 11:49

RDC: Kinshasa met à l’honneur les albinos

mediaJeune albinos africaine.Eric LAFFORGUE/Gamma-Rapho via Getty Images

Concert, expo-photo, pendant une journée, l’albinisme était à l’honneur à Kinshasa. « Blanc Ebène - une journée pour valoriser nos frères et sœurs albinos », était le titre de cette manifestation dont le but est de lutter contre la stigmatisation des albinos, assassinés dans plusieurs pays d'Afrique à des fins prétendument mystiques.

 

Le son unique de la guitare de Salif Keïta à Kinshasa, mais aujourd’hui, le chanteur est là pour une cause qui lui est très personnelle : les albinos.
Reportage à Kinshasa