Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/03/2014

LE MINUTE PAR MINUTE

LE MINUTE PAR MINUTE

-22h34 Le réseau de télécommunications ukrainien est la cible d’une opération de piratage et du matériel installé en Crimée a notamment été utilisé à l’encontre de membres du parlement, a annoncé le chef des services de renseignement. « Je confirme (…) qu’une attaque vise les téléphones portables de membres du Parlement ukrainien pour la deuxième journée consécutive », a déclaréValentin Nalivaïtchenko, chef des Services de sécurité d’Ukraine (SBU), lors d’une conférence de presse.

« Du matériel qui brouille mon téléphone et ceux de députés, quelle que soit leur sensibilité politique, a été installé illégalement et en violation des accords commerciaux à l’entrée d’Ukrtelecom en Crimée », a-t-il poursuivi. La compagnie nationale avait déjà fait savoir que des hommes armés s’étaient emparés vendredi de ses installations en Crimée et que des dégradations du réseau de fibres optiques avaient entraîné des perturbations dans la péninsule et le reste du pays.

-21h56 « La Russie a pris le risque d’une escalade dangereuse. Le rôle de la France avec l’Europe, dans ces circonstances, c’est d’exercer toute la pression nécessaire, y compris par le recours à des sanctions pour trouver la voie du dialogue, pour trouver une issue politique à cette crise », a déclaré François Hollande dans une intervention au dîner annuel du Crif

 

 

-20h45 Un émissaire de l’ONU est en route pour la Crimée pour « évaluer la situation », a indiqué mardi le porte-parole de l’ONU Martin Nesirky.

-19h03 Les voisins européens de l’Ukraine se sont dits mardi « atterrés » du rôle de la Russie dans une crise qui, selon eux, rappelle la façon dont l’Union soviétique avait maté leurs propres contestations pendant la Guerre froide. « La République tchèque, la Hongrie, la Pologne et la Slovaquie sont atterrées d’être les témoins d’une intervention militaire, dans l’Europe du XXIe siècle, semblable à leurs propres expériences de 1956, 1968 et 1981 », ont écrit les chefs de gouvernement de ces quatre pays dans un communiqué commun.

-18h55 Le chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashtona rencontré mardi à Madrid le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, pour un entretien sur la crise ukrainienne qu’elle a qualifié « d’utile »,selon une source européenne.

-18h40 Deux bateaux de la marine de guerre russe ont franchi le détroit du Bosphore en direction de la mer Noire et de l’Ukraine, ont rapporté les médias turcs.

-18h02 L’Otan va débattre de la crise ukrainienne directement avec l’ambassadeur russe mercredi, malgré la suspension par les Etats-Unis des liens militaires avec Moscou.

-17h23 Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a accusé mardi la Russie de chercher un « prétexte » pour « pouvoir envahir l’Ukraine » et l’a mise en garde contre tout risque d’isolement si elle persistait dans sa politique. En visite à Kiev, le responsable américain a condamné un « acte d’agression » de la Russie contre l’Ukraine tout en assurant ne pas chercher la « confrontation » avec Moscou.

« La Russie parle de minorités russophones en état de siège. Ce n’est pas vrai », a martelé M. Kerry, louant l’attitude « remarquablement responsable » des nouvelles autorités ukrainiennes qui « appellent au calme et refusent toute provocation ».

 

 

-17h12 Barack Obama a affirmé que Vladimir Poutine sur la Crimée « ne trompait personne » et prévenu que Moscou, en intervenant en Ukraine, s’exposait à un affaiblissement de son influence dans la région. Le président des Etats-Unis a également pris note d’« informations » selon lesquelles M. Poutine était en train d’examiner les différentes options s’offrant à lui dans cette crise.

 

 

-16h39 Les membres du nouveau gouvernement ukrainien ont eu de premiers contacts « timides » avec leurs homologues russes, a annoncé mardi le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk. « Nous voudrions que la Russie dise clairement si elle va remplir ses engagements pris il y a quelque mois », a-t-il souligné.

-14h59 L’Union européenne va aider l’Ukraine à régler sa dette de 2 milliards de dollars pour ses achats de gaz russe, et peut également lui fournir du gaz, a annoncé le commissaire européen à l’Énergie, Gunther Oettinger. « Le paiement des factures de gaz dues par l’Ukraine figure en bonne place dans le programme d’aide de la Commission européenne » qui sera adopté mercredi, a-t-il déclaré à l’issue d’une réunion des ministres européens de l’Énergie.

-14h25 Fidèle à la position occidentale, la Belgique réclame le respect de l’intégrité du territoire et de la souveraineté de l’Ukraine. Elle condamne fermement l’intervention russe et demande le retour des troupes russes dans leurs casernes. «  Nous demandons aussi le respect des droits des minorités et leur protection, en Russie et en Ukraine », a indiqué M. Di Rupo.

8 % du gaz consommé en Belgique vient de Russie, a répondu Elio Di Rupo à la question d’un journaliste, alors que certains préconisent des sanctions économiques contre Moscou.

Didier Reynders se rendra à Kiev lundi prochain en compagnie de ses homologues néerlandais et luxembourgeois.

-13h40 La Commission européenne devrait présenter mercredi son plan d’aide à l’Ukraine, qui se dit au bord de la banqueroute. L’exécutif européen planche sur plusieurs scénarios. Il collabore avec le Fonds monétaire international (FMI), qui devrait apporter l’aide financière la plus importante.

De leur côté les Etats-Unis annoncent un prêt d’un milliard de dollars (730 millions d’euros) à l’Ukraine.

-13h30. Le secrétaire d’Etat américain John Kerry vient d’arriver à Kiev.

-13h15. Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe reste sur la même ligne que le Vladimir Poutine à propos des menaces occidentales : « Notre position est honnête et comme elle est honnête on n’en changera pas (…). Nous avons toujours été opposés aux politiques de sanctions unilatérales. J’espère que nos partenaires vont comprendre le caractère contre-productif de telles actions. »

-13h00. Po utine s’est montré ferme lors de son intervention devant les médias : pas impressionné par les pressions occidentales – et notamment américaines, il se réserve le droit de recourir à toutes les options en Ukraine. Les marchés ont apprécié. Les principales valeurs boursières russes ont immédiatement décollé : Sberbank +7,45 % – Gazprom +10 %, – Lukoil +6,37 %.

Les commentaires sont fermés.