Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/03/2014

Katanga : les casques bleus égyptiens déployés à Pweto

Katanga : les casques bleus égyptiens déployés à Pweto

Publié le jeudi 6 mars 2014 15:35 

Une unité d’intervention de casques bleus égyptiens de la Mission de l’Onu en RDC (Monusco) a été déployée mercredi 5 mars à Pweto, dans le nord du Katanga.

Avec les territoires de Mitwaba et Manono, Pweto fait partie de la région surnommée le triangle de la mort à cause de l’insécurité qu’y sèment plusieurs groupes armés, notamment les Bakata Katanga. L’administrateur du territoire de Pweto, Celestin Ngombe-Mwamba, s’est dit rassuré par cette présence.

«Ça fait longtemps qu’on attendait cette force. En fin de compte, aujourd’hui, elle est là», a-t-il déclaré à l’arrivée des troupes transportées par l’Hercule C-130, un gros porteur de la Monusco.

L’appareil, transportant aussi des engins roulants, a atterri autour de 13 heures sur la piste de l’aéroport Mwanke de Pweto.
Quelques minutes plus tard, un aéronef conduisant la délégation de la Monusco, dont la Chef de bureau de la Monusco à Kalemie, Alessandra Trabattoni, celle des Forces armées de la RDC (FARDC), ainsi que des officiels partis de Kalemie est arrivé à Pweto, suivi par un hélicoptère Puma chargé de munitions. Ce déploiement des unités d’intervention de la Monusco vise à appuyer les opérations militaires enclenchées mi-février par les FARDC dans le triangle de la mort contre les Maï-Maï Bakata Katanga.

Un officier des FARDC assure que les opérations militaires contre ces miliciens se poursuivent. Il s’inquiète toutefois que ces derniers se camouflent parmi les populations civiles dans les zones de conflits.

Une partie du nord de Pweto échappe à l’administration parce qu’occupée par une dizaine de groupes Maï-Maï. L’un de ces groupes est dirigé par une femme, une certaine Selita.

Ces groupes armés écument la région, incendiant des maisons et provoquant des déplacements de populations.

Plusieurs écoles restent fermées et la réponse humanitaire demeure faible suite à l’insécurité et les difficultés d’accès à la région.
Share on twitter Share on facebook Share on email Share on print More Sharing Services 0 – avec Isabelle Ndala Kongolo.
Katanga : les casques bleus égyptiens déployés à Pweto
Publié le jeudi 6 mars 2014 15:35 
Une unité d’intervention de casques bleus égyptiens de la Mission de l’Onu en RDC (Monusco) a été déployée mercredi 5 mars à Pweto, dans le nord du Katanga.
Avec les territoires de Mitwaba et Manono, Pweto fait partie de la région surnommée le triangle de la mort à cause de l’insécurité qu’y sèment plusieurs groupes armés, notamment les Bakata Katanga. L’administrateur du territoire de Pweto, Celestin Ngombe-Mwamba, s’est dit rassuré par cette présence.
«Ça fait longtemps qu’on attendait cette force. En fin de compte, aujourd’hui, elle est là», a-t-il déclaré à l’arrivée des troupes transportées par l’Hercule C-130, un gros porteur de la Monusco.
L’appareil, transportant aussi des engins roulants, a atterri autour de 13 heures sur la piste de l’aéroport Mwanke de Pweto.
Quelques minutes plus tard, un aéronef conduisant la délégation de la Monusco, dont la Chef de bureau de la Monusco à Kalemie, Alessandra Trabattoni, celle des Forces armées de la RDC (FARDC), ainsi que des officiels partis de Kalemie est arrivé à Pweto, suivi par un hélicoptère Puma chargé de munitions. Ce déploiement des unités d’intervention de la Monusco vise à appuyer les opérations militaires enclenchées mi-février par les FARDC dans le triangle de la mort contre les Maï-Maï Bakata Katanga.
Un officier des FARDC assure que les opérations militaires contre ces miliciens se poursuivent. Il s’inquiète toutefois que ces derniers se camouflent parmi les populations civiles dans les zones de conflits.
Une partie du nord de Pweto échappe à l’administration parce qu’occupée par une dizaine de groupes Maï-Maï. L’un de ces groupes est dirigé par une femme, une certaine Selita.
Ces groupes armés écument la région, incendiant des maisons et provoquant des déplacements de populations.
Plusieurs écoles restent fermées et la réponse humanitaire demeure faible suite à l’insécurité et les difficultés d’accès à la région.
Share on twitter Share on facebook Share on email Share on print More Sharing Services 0 – avec Isabelle Ndala Kongolo.

Publié le jeudi 6 mars 2014 15:35 

Une unité d’intervention de casques bleus égyptiens de la Mission de l’Onu en RDC (Monusco) a été déployée mercredi 5 mars à Pweto, dans le nord du Katanga.

Avec les territoires de Mitwaba et Manono, Pweto fait partie de la région surnommée le triangle de la mort à cause de l’insécurité qu’y sèment plusieurs groupes armés, notamment les Bakata Katanga. L’administrateur du territoire de Pweto, Celestin Ngombe-Mwamba, s’est dit rassuré par cette présence.

«Ça fait longtemps qu’on attendait cette force. En fin de compte, aujourd’hui, elle est là», a-t-il déclaré à l’arrivée des troupes transportées par l’Hercule C-130, un gros porteur de la Monusco.

L’appareil, transportant aussi des engins roulants, a atterri autour de 13 heures sur la piste de l’aéroport Mwanke de Pweto.
Quelques minutes plus tard, un aéronef conduisant la délégation de la Monusco, dont la Chef de bureau de la Monusco à Kalemie, Alessandra Trabattoni, celle des Forces armées de la RDC (FARDC), ainsi que des officiels partis de Kalemie est arrivé à Pweto, suivi par un hélicoptère Puma chargé de munitions. Ce déploiement des unités d’intervention de la Monusco vise à appuyer les opérations militaires enclenchées mi-février par les FARDC dans le triangle de la mort contre les Maï-Maï Bakata Katanga.

Un officier des FARDC assure que les opérations militaires contre ces miliciens se poursuivent. Il s’inquiète toutefois que ces derniers se camouflent parmi les populations civiles dans les zones de conflits.

Une partie du nord de Pweto échappe à l’administration parce qu’occupée par une dizaine de groupes Maï-Maï. L’un de ces groupes est dirigé par une femme, une certaine Selita.

Ces groupes armés écument la région, incendiant des maisons et provoquant des déplacements de populations.

Plusieurs écoles restent fermées et la réponse humanitaire demeure faible suite à l’insécurité et les difficultés d’accès à la région.
Share on twitter Share on facebook Share on email Share on print More Sharing Services 0 – avec Isabelle Ndala Kongolo.
Katanga : les casques bleus égyptiens déployés à Pweto
Publié le jeudi 6 mars 2014 15:35 
Une unité d’intervention de casques bleus égyptiens de la Mission de l’Onu en RDC (Monusco) a été déployée mercredi 5 mars à Pweto, dans le nord du Katanga.
Avec les territoires de Mitwaba et Manono, Pweto fait partie de la région surnommée le triangle de la mort à cause de l’insécurité qu’y sèment plusieurs groupes armés, notamment les Bakata Katanga. L’administrateur du territoire de Pweto, Celestin Ngombe-Mwamba, s’est dit rassuré par cette présence.
«Ça fait longtemps qu’on attendait cette force. En fin de compte, aujourd’hui, elle est là», a-t-il déclaré à l’arrivée des troupes transportées par l’Hercule C-130, un gros porteur de la Monusco.
L’appareil, transportant aussi des engins roulants, a atterri autour de 13 heures sur la piste de l’aéroport Mwanke de Pweto.
Quelques minutes plus tard, un aéronef conduisant la délégation de la Monusco, dont la Chef de bureau de la Monusco à Kalemie, Alessandra Trabattoni, celle des Forces armées de la RDC (FARDC), ainsi que des officiels partis de Kalemie est arrivé à Pweto, suivi par un hélicoptère Puma chargé de munitions. Ce déploiement des unités d’intervention de la Monusco vise à appuyer les opérations militaires enclenchées mi-février par les FARDC dans le triangle de la mort contre les Maï-Maï Bakata Katanga.
Un officier des FARDC assure que les opérations militaires contre ces miliciens se poursuivent. Il s’inquiète toutefois que ces derniers se camouflent parmi les populations civiles dans les zones de conflits.
Une partie du nord de Pweto échappe à l’administration parce qu’occupée par une dizaine de groupes Maï-Maï. L’un de ces groupes est dirigé par une femme, une certaine Selita.
Ces groupes armés écument la région, incendiant des maisons et provoquant des déplacements de populations.
Plusieurs écoles restent fermées et la réponse humanitaire demeure faible suite à l’insécurité et les difficultés d’accès à la région.
Share on twitter Share on facebook Share on email Share on print More Sharing Services 0 – avec Isabelle Ndala Kongolo.

Les commentaires sont fermés.