Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/03/2014

L'Afrique sera unie comme une seule main, le dimanche 16 mars 2014 à 11 heures précise, au métro Télégraphe (ligne 11 ), 46 rue Romainville dans le 19èm arrondissement, sous l'initiative de la communauté chrétienne des africains, CCDA en sigle.

 

 

traite-negriere.jpg
L'Afrique sera unie comme une seule main, le dimanche 16 mars 2014 à 11 heures précise, au métro Télégraphe (ligne 11 ), 46 rue Romainville dans le 19èm arrondissement, sous l'initiative de la communauté chrétienne des africains, CCDA en sigle.

Elle abordera le sujet qui fâche, oui un sujet que certains veulent enterrer, afin de cacher leurs horribles crimes.

Mais la communauté chrétienne des africains de l'Afrique subsaharienne, composée de deux Congo, du Cameroun, du Gabon, du Sénégal, du Mali, de la Guinée etc, veut soulever le lièvre en abordant cette thématique qui au demeurant renferme des graves frustrations et des ressentiments dans la nouvelle génération africaine qui réclame le devoir de mémoire et souhaite que justice soit faite sur ce pan de l'histoire...

Une messe pas comme les autres sera célébrée suivie d'une grande réflexion sur ce drame qui a duré plus de 400 ans. Faire savoir aussi à l'assemblée, que la sainte mère église a et avait, une grosse part de responsabilité dans cette tragédie...Ce que les africains demandent seulement, la réparation...

La vraie réparation, sans l'hypocrisie en célébrant, la journée mondiale pour l'abolition de l'esclavage, qui n'a rien avoir avec la traite négrière, un crime caractérisé contre l'humanité...

Contact pour renseignement Madame Clotilde NOUBISSIÉ ou Marie Laure CROIZIERS au  00 33 7 77 92 60 63

ccda_chorale.jpg

La chorale de la communauté chrétienne des africains, CCDA en sigle.

 

Explication sur les traites négrières ( wikipédia)

Les traites négrières, également appelées traite des Nègres ou traite des Noirs, désignent des commerces d'esclaves dont ont été victimes, par millions, les populations de l'Afrique de l'ouest, Afrique centrale et l'Afrique australe durant plusieurs siècles1. Pour la définir, il faut associer et combiner les six éléments suivants :
1-les victimes étaient des Noirs ;
2-les traites supposaient des réseaux d’approvisionnement organisés et intégrés ;
3-les populations esclaves ne pouvaient se renouveler par la fécondité ;
4-le lieu de la capture et celui de la servitude étaient éloignés l’un de l’autre ;
5-la plupart du temps, la traite3 correspond à un échange commercial entre producteurs et acheteurs ;
6-les entités politiques approuvaient ce commerce et en retiraient des bénéfices substantiels.

La traite doit être distinguée de l'esclavage qui « consiste à exercer sur une personne l'un quelconque ou l'ensemble des pouvoirs liés au droit de propriété »4. La traite nécessite l'existence de l'esclavage, mais l'inverse n'est pas vrai : l'esclavagisme a existé sans traite, dans le sud des États-Unis au xixe siècle. La traite se différencie de la notion contemporaine de trafic d'êtres humains.

Les traites négrières furent un phénomène historique de très grande ampleur en raison du nombre de victimes, des nombreuses méthodes d'asservissement et des multiples opérations de transports sur de longues distances.

On en distingue trois types : la traite orientale, la traite occidentale et la traite intra-africaine.

Roger BONGOS

Les commentaires sont fermés.