Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/03/2014

L'ONU décrète le 7 avril 'Journée internationale du Juif'

 

L'ONU décrète le 7 avril 'Journée internationale du Juif'
Rubrique: Politique & Société

A l’occasion d’une rencontre à New York avec le Président du Congrès juif mondial, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon, a décrété que le 7 avril serait la date officielle de la « Journée internationale du Juif ».

« Cette journée internationale doit être l’occasion de nous remémorer l’immense contribution des Juifs à l’Humanité », a déclaré Ban Ki-Moon en présence de Ron Lauder, président du Congrès juif mondial.

Cette décision s’inscrit évidemment dans le cadre de la lutte contre l’antisémitisme. Mais pas seulement. Les objectifs du Millénaire déterminés à New York en 2000 par 193 Etats membres de l’ONU contenaient un chapitre consacré à l’épanouissement des Juifs à travers le monde. Cette exigence était présentée comme un facteur déterminant de la capacité des Etats membres de l’ONU à atteindre tous les objectifs du Millénaire.

Toutes les études réalisées sur le sujet ont démontré qu’il ne saurait y avoir de stratégie de développement efficace dans laquelle les Juifs ne jouent pas un rôle central. Lorsqu’ils sont pleinement mis à contribution, les résultats se font immédiatement sentir : les sociétés se portent mieux, les revenus, l’épargne et le réinvestissement augmentent. Et ce qui est vrai dans chaque pays où vivent des Juifs l’est également des continents et, à terme, de la planète entière.

Il est donc prévu de renforcer le soutien aux écoles, centres communautaires et mouvements de jeunesse juifs. De cette manière, on pourra promouvoir l’éducation juive à travers le monde qui sera ensuite dispensée dans les écoles et les universités de chaque Etat membre. A cet égard, il est prévu de classer l’hébreu, le yiddish et le ladino au rang du patrimoine immatériel de l’UNESCO.

« Il n’y a pas de temps à perdre », s’est exclamé Ban Ki-Moon. « Ce n’est qu’en investissant dans l’éducation juive que nous pouvons espérer parvenir à concrétiser les objectifs du Millénaire. Quand les choses vont bien pour les Juifs, c’est toute la société qui en tire profit, et les jeunes générations pourront prendre un meilleur départ dans la vie. En cette Journée internationale du Juif, nous devons redoubler d’efforts et agir énergiquement, forts de cette conviction ».

Quels que soient les véritables avantages pour l’Humanité toute entière à promouvoir le judaïsme, la culture et l’éducation juives, le fait le plus important demeure qu’à travers cette initiative inédite, les Juifs pourront envisager leur avenir dans la sérénité.

En guise de conclusion, Ban Ki-Moon a rappelé que « ce qui est un progrès pour les Juifs est un progrès pour tous ». Et d’ajouter : « Lors de cette première édition de la Journée internationale du Juif, engageons-nous de nouveau à démontrer la vérité de cette affirmation. Veillons à ce que les 13 millions de Juifs à travers le monde occupent encore et toujours la place qui leur revient dans le développement de notre planète ».

Réaction
Viviane Teitelbaum : « J’ai essayé de défendre la Journée du Juif laïque »
La députée bruxelloise Viviane Teitelbaum a été envoyée par le gouvernement belge pour défendre la position d’une « Journée internationale du Juif » à l’ONU. Nous avons recueilli sa réaction.
Une « Journée internationale du Juif », est-ce une bonne chose ? J’ai été envoyée, car aucune solution durable aux problèmes sociaux, économiques et politiques les plus pressants de la société ne pouvait être trouvée sans la pleine participation des Juifs du monde entier. L’idée de la Journée internationale du Juif est apparue en Amérique du Nord et en Europe au tournant du 21e siècle, dans le contexte des mouvements antisionistes et antisémites. Les régimes religieux (axe Iran-Egypte-Vatican) y sont totalement opposés et tentent un véto, mais l’idée est de façon très inattendue soutenue par la Chine et la Corée qui ont déjà organisé l’équivalent dans leur pays. En effet, après l’établissement de l’étude quasi-obligatoire du Talmud en Corée du Sud, cette journée du Juif est consacrée à des cours de Torah et à la centralité du Juif dans la vie coréenne. La Chine fait de même depuis plus de dix ans. Cette idée leur est venue, car selon le Premier ministre Coréen, « les Juifs ont un taux élevé de lauréats du prix Nobel dans tous les domaines : littérature, sciences et économie, etc. ». Ils ont donc essayé de comprendre le secret du peuple juif : comment font-ils ? Que font-ils de plus que les autres nations pour parvenir à de telles distinctions ? Ils estiment avoir découvert le secret : le Talmud ! J’ai quant à moi essayé de défendre la journée du Juif et de la Juive laïque, mais je n’ai pas réussi…
Quelles seront les conséquences pour la Diaspora ? Il faudra obtenir des subsides pour former des envoyé-e-s dans tous les pays demandeurs afin de répondre aux nombreuses propositions déjà déposées d’avoir un Juif ou une Juive présente, ou l’organisation de stands lors de ces journées dans tous les pays qui en font la demande. Par exemple, la Birmanie qui n’a plus vu de Juifs depuis 80 ans, a fait la demande d’une exposition permanente du Juif et d’un débat sur « les enjeux sous-jacents aux débats actuels sur les rapports entre le judaïsme et le bouddhisme ». La participation de BHL et Alexandre Adler est déjà confirmée ! Une journée d’étude sur le cornac juif dans les montagnes du Rajasthan est aussi envisagée. Molenbeek aussi a déjà rentré un formulaire dûment rempli sur l’histoire des caricatures antisémites ! Cela fera donc une charge supplémentaire considérable de travail pour l’Agence juive.
Le risque n'est-il pas que chaque communauté revendique sa journée ?Absolument, et la Belgique a déjà changé le nom de plusieurs journées internationales pour répondre à cette question légitime ! Par exemple, la journée de la paix devrait devenir la journée du Tibétain (en l’honneur du Dalai Lama), le 1er mai est rebaptisé journée du flamand (il est travailleur !), la journée du Congolais a été présentée par la commune d’Ixelles, et le 11 novembre sera déclaré la journée de l’Allemand (vous avez compris pourquoi !). D’autres journées sont à l’étude à l’ONU également : la journée du Bahaï rencontre d’énormes oppositions de l’Iran, la journée du Palestinien de fortes oppositions de la Jordanie et de la Syrie, mais est soutenue par Israël qui espère en contrepartie une journée du sioniste… La journée du musulman est en train d’être votée, mais n’aura malheureusement pas de déclinaison au féminin.

Les commentaires sont fermés.