Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/07/2014

Non aux élections prévues en 2016: La responsabilité du Conseil de Sécurité des Nations Unies s’impose pour appliquer de bonne foi le droit international.

POSTED BY EQUIPE DE PILOTAGE CEC ON JUILLET - 29 - 2014 0 COMMENT

Comment peut-on envisager aller aux élections en 2016 avec le même peuple à qui on a confisqué les voix électorales en 2011, en présence de la plus forte Mission des     Nations-Unies au monde, sans qu’on pense établir faire respecter la volonté du peuple par la justice des urnes pour faire respecter la charte des droits de l’homme et l’objectif du Millénaire des Nations-Unies?

Voici quelques questions qui nous ont poussés à envoyer une lettre aux Membres permanents et non permanents du Conseil de Sécurité des Nations-Unies, au regard de la menace contre la paix internationale qui se dessine à l’horizon, face à la situation chaotique et dramatique de la République Démocratique du Congo, si aucune mesure n’est prise d’urgence par le Conseil de Sécurité qui en a les prérogatives conformément au chapitre 24 de la Charte des Nations-Unies :

1. Est-ce que le peuple Congolais fait-il parti des Nations-Unies oui ou non?

2. Est-ce normal d’envisager les élections en 2016 avec le même peuple à qui on a confisqué les voix électorales en 2011 ? Est-ce une déconsidération, un mépris, une sous-estimation ou simplement une humiliation de ce peuple au sein des Nations-Unies à qui on prive les droits humains et on confisque les droits fondamentaux sans que le monde s’indigne?

3. Est-ce normal que le peuple Congolais subisse la confiscation de ses droits fondamentaux en présence de la plus forte Mission des Nations-Unies au monde sans que celle-ci fasse respecter le droit international en la matière ?

4. Est-ce normal que l’on fasse croire au monde la thèse inexplicable aux universités occidentales que lesirrégularités entachées des fraudes, tricheries et violations des droits de l’homme aux élections présidentielles de 2011 ne changent pas l’ordre d’arrivée des résultats en RDC ?

5. Est-ce normal que le mandat de la MONUSCO stipule que cette Mission est là pour les « Cycles des élections en RDC » au regard des tricheries, fraudes et violations graves des droits de l’homme commise par Joseph KABILA en sa présence sans qu’une protection de la population et de ses droits soient évoqués pour préserver les conflits post-électoraux ?

6. Est-ce normal que dans les mandats de cette Mission des Nations-Unies, qu’on constate une volonté incomprise et non justifié, d’enlever la clause ayant trait à la « protection de la population civile comme priorité » dans toutes ses résolutions qui suivent la résolution 1991, c’est-à-dire dans « 2076 du 20 novembre 2012 ; 2078 du 28 novembre 2012 ; 2098 du 28 mars 2013 qui proroge le mandat jusqu’au 31 mars 2014 ; 2136 du 30 janvier 2014 et l’actuelle 2147 du 28 mars 2014 qui proroge le mandat jusqu’au 31 mars 2015 ». Est-ce que ceci pourrait justifier la léthargie de cette forte Mission des Nations Unies face au terrorisme d’Etat pratiqué par Joseph KABILA en massacrant la population civile en sa présence en RDC?

7. Est-ce normal que dans toutes les résolutions donnant mandat à cette Mission, rien ne puisse prévoir la solution de la paix politique et de la protection de la démocratie naissante en RDC, à l’instar de la résolution 1975 adoptée et stipulant le respect de la volonté du peuple, afin de protéger la démocratie et la paix politique en Côte d’Ivoire?

8. Est-ce que la RDC n’a besoin que des solutions militaires, ou plutôt donner l’accent sur les solutions politiques qui sont à la base de l’anéantissement des Institutions de l’Etat, qui ont déstabilisé l’appareil de l’Etat, qui ont rendu ingouvernable l’Administration publique et qui empêchent toutes les voies légitimes aux négociations de paix avec les pays voisins en conflits, spécialement à l’Est de la République?

9. Qu’attendre du Conseil de Sécurité pour protéger et privilégier le droit international en RDC, afin que le peuple Congolais retrouve sa dignité, se reconstruise et s’implique comme toutes les autres nations aux objectifs du millénaire prônés par les Nations Unies?

Notre lettre a précédé la rencontre du Président Barak OBAMA et les Chefs d’Etat Africains.

Nous osons croire que ce document restera un témoignage que l’histoire retiendra et que les générations futures apprendront à connaître la suite qui lui aurait été réservée.

Nous sommes au monde « Peuples des Nations-Unies ». Nous restons attachées aux valeurs que prônent les Nations Unies pour le maintien de paix au monde. Ce qui arrive aux Congolais ne doit laisser personne insensible au sein de la famille onusienne à laquelle tous les peuples appartiennent.

Nous attendons et souhaitons donc l’implication des médias pour que la prise de conscience internationale suscite l’apport de l’application de bonne foi du droit international, afin que la justice précède la paix en RDC et que la paix et la sécurité du monde soient préservées au plus haut point.

Le peuple Congolais n’a pas d’armes, mais il croit en droit. La loi est dure, mais c’est la loi et nul n’est au dessus de la loi.

Nous remercions et espérons d’avance de l’engagement que chacun de vous épris de paix et de justice apportera à faire connaître cette lettre au monde, afin de sensibiliser et de conscientiser le respecter du droit international qui nous régit tous, d’une manière impartiale en moralité et en rectitude.

Veuillez cliquer dans le lien ci-dessous pour prendre connaissance de la lettre aux Membres du Conseil de Sécurité

Au membres du conseil de sécurité à prendre (1)

Les commentaires sont fermés.