Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/10/2014

Les Congolais(es) résistent et les échéances électorales menacent d’être reculées jusqu’en 2018

16022012bxl9

 

Les Congolais(es) résistent et les échéances électorales menacent d’être reculées jusqu’en 2018

 

Dans un ‘’Etat raté’’ comme celui du Congo-Kinshasa, les échéances électorales n’ont aucun sens. Elles servent tout au plus à entretenir l’illusion démocratique dans un pays dont l’âme a été mangée par ‘’les nouveaux prédateurs’’ et le réseau transnational de prédation. Quand ces ‘’nouveaux prédateurs’’ font semblant d’ informer les minorités organisées et agissantes en disant que les élections pourraient être reculées jusqu’en 2018, ils ne les surprennent pas. Pour elles, l’enjeu congolais n’est pas ‘’électoraliste’’. Il est une question de récupération de l’initiative historique, de souveraineté et de ‘’maîtrise’’ à exercer sur leur terre-mère. Elles ont organisé une résistance qui a fait mouche ! Les ‘’faiseurs des rois’’ seraient obligés de revoir leur copie. Vive les Congolais(es) ! C’est faux ; vous n’êtes pas majoritairement des BMW !

Les minorités organisées et agissantes à partir de Kinshasa nous apprennent que les échéances électorales de 2016 pourraient être reculées jusqu’en 2018. Officiellement, il ne sera pas possible que le recensement des Congolais(es) puisse être bouclé avant 2018. Officiellement, l’une des revendications des Congolais(es) pourrait être prise en compte. Il ne servirait à rien d’aller aux élections avec un corps électoral inconnu. Néanmoins, officieusement, nous apprenons que ‘’la résistance congolaise’’ a fait mouche.

Un Congo conçu ad aeternam comme ‘’réservoir de leurs matières premières stratégiques’’

L’implication de l’Eglise catholique dans le refus de la révision constitutionnelle a pris ‘’les faiseurs des rois ‘’ de court. Ils seraient en train de peaufiner d’autres stratégies de ‘’conquête du pouvoir’’. C’est-à-dire qu’ils se réorganisent pour voir comment, à partir des éventuelles élections bidons à venir, ils puissent être sûrs de conserver, au cœur de l’Afrique, un Congo conçu ad aeternam comme ‘’réservoir de leurs matières premières stratégiques’’. Avec quelques éléments de langage, ils sont en train de recréer les pièces de rechange. Ils sont aussi à l’affût de ce qui va se passer dans les pays frontaliers du Congo-Kinshasa appelés à organiser, eux aussi, des échéances électorales. Leur ‘’stabilité’’ dépendrait aussi de celle du Congo-Kinshasa.

Les ‘’faiseurs des rois’’ jouent avec les nerfs des Congolais(es) et avec leur capacité de résister sur le temps. Coachant une certaine opposition de pacotille, ils estiment qu’ils vont finir par gagner la bataille des idées dans les cœurs et les esprits de la majorité des Congolais(es). Ils se rendent de plus en plus comptent que tous les Congolais(es) ne sont pas des BMW.

Bref, l’histoire va prouver, de plus en plus, que le pays de Lumumba est un ‘’Etat raté’’ dont le destin échappe à ses dignes filles et fils. ‘’Les faiseurs des rois’’ pourraient poursuivre leur guerre psychologique à l’encontre des Congolais(es) pour les fatiguer et avoir enfin raison de leur résistance. Un remaniement ministériel pourrait intervenir pour donner l’illusion à quelques familles auxquels pourraient appartenir ‘’les nouveaux prédateurs’’ que le Congo-Kinshasa est sur la véritable voie de ‘’la révolution de la modernité’’. Certaines nominations pourraient intervenir dans les entreprises publiques pour soutenir cette impression.

En effet, les ‘’faiseurs des rois’’ jouent avec les nerfs des Congolais(es) et avec leur capacité de résister sur le temps. Coachant une certaine opposition de pacotille, ils estiment qu’ils vont finir par gagner la bataille des idées dans les cœurs et les esprits de la majorité des Congolais(es). Ils se rendent de plus en plus comptent que tous les Congolais(es) ne sont pas des BMW. Il y a parmi eux plus de disciples de Kimbangu et de Lumumba qu’ils n’avaient cru. Malheureusement, ils ont des ‘’armes biologiques’’, des ‘’armes à feu’’ et des réseaux où interfèrent plusieurs ‘’nègres de service’’. Mais, malgré tout cela, les Congolais(es) ont réussi à résister à leur assaut final jusqu’à ce jour ! Un miracle !

La résistance des Congolais

Rares sont les peuples qui, comme les Congolais(es) se battent, mains nues, contre le monde entier depuis plus de 500 ans. Ce phénomène devrait être étudié en profondeur. Contrairement à l’analyse des épiphénomènes, il est difficile, au jour d’aujourd’hui, de croire que les Congolais(es) sont majoritairement des BMW. Oui. Des Congolais(es) boivent, ont besoin d’argent comme valeur d’échange, ont des amis et des amis, des époux et des épouses.

Mais vouloir convaincre le monde entier que tous les Congolais ne sont que des BMW relève d’une propagande mensongère participant de l’idéologie de l’implosion, de la balkanisation du Congo-Kinshasa et de l’extermination de sa population. Les acteurs de cette idéologie macabre ont tout essayé. Ils ont coupé les mains. Ils ont incendié les villages. Ils ont créé le sida et ‘’monseigneur Ebola’’.

Les acteurs de cette idéologie macabre d’implosion et de balkanisation du Congo ont tout essayé. Ils ont coupé les mains. Ils ont incendié les villages. Ils ont créé le sida et ‘’monseigneur Ebola’’. Ils remarquent que les Congolais(es) sont toujours debout.

Ils remarquent que les Congolais(es) sont toujours debout. Ils meurent. Ils enterrent leurs morts. Ils se marient et se reproduisent. Ils ont la danse et la vie épanouie dans le sang. A partir des années 1990 et même un peu avant, ils sont pris dans l’engrenage d’une guerre de basse intensité. Celle-ci a d’abord était menée par ‘’les tueurs à gage économique’’ que sont le FMI et la Banque mondiale avant que les proxies rwandais, ougandais, burundais et quelques cupides congolais s’en emparent. Cette guerre a permis que le Congo-Kinshasa soit réduit à l’état d’un Etat raté occupé et mis sous tutelle de l’ONU.

Malgré tout cela, les Congolais(es) dansent, se reproduisent, envoient leurs enfants à l’école, résistent tant bien que mal contre le pouvoir d’occupation, enterrent leurs morts et croient que l’avènement d’un Etat de droit démocratique dans leur pays est possible.

Voir plus loin que les échéances électorales

Sauront-ils encore tenir le coup pendant plus de deux ans en se disant que l’enjeu face auquel leur pays est placé est fondamentalement celui de la récupération de leur initiative historique en tant que ‘’maîtres’’ de leurs terres et de leur destinée ? Sauront-ils éviter de confondre la vitesse avec la précipitation en restant concentrer sur l’implication des ‘’entreprises mortifères’’ du Nord dans la guerre de basse intensité et de prédation sévissant dans leur pays depuis les années 90 en se disant qu’ils ont le devoir politique de mettre fin à la crise de légitimité créée dans leur pays en 1961 avec l’assassinat de Lumumba.

Il est important que les masses congolaises engagées sur la voie de leur transmutation en ‘’masses critiques’’ puissent voir plus loin que les échéances électorales et se convaincre avec Mufoncol Tshiyoyo que ‘’Likambo ya mabele ezali likambo ya makila’’. Les minorités organisées et agissantes devraient les accompagner dans cette re-conversion. Heureusement, elles sont debout partout au monde et de plus en plus à l’Est du Congo-Kinshasa.

Mbelu Babanya Kabudi

Les Congolais(es) résistent et les échéances électorales menacent d’être reculées jusqu’en 2018

16022012bxl9

 

Les Congolais(es) résistent et les échéances électorales menacent d’être reculées jusqu’en 2018

 

Dans un ‘’Etat raté’’ comme celui du Congo-Kinshasa, les échéances électorales n’ont aucun sens. Elles servent tout au plus à entretenir l’illusion démocratique dans un pays dont l’âme a été mangée par ‘’les nouveaux prédateurs’’ et le réseau transnational de prédation. Quand ces ‘’nouveaux prédateurs’’ font semblant d’ informer les minorités organisées et agissantes en disant que les élections pourraient être reculées jusqu’en 2018, ils ne les surprennent pas. Pour elles, l’enjeu congolais n’est pas ‘’électoraliste’’. Il est une question de récupération de l’initiative historique, de souveraineté et de ‘’maîtrise’’ à exercer sur leur terre-mère. Elles ont organisé une résistance qui a fait mouche ! Les ‘’faiseurs des rois’’ seraient obligés de revoir leur copie. Vive les Congolais(es) ! C’est faux ; vous n’êtes pas majoritairement des BMW !

Les minorités organisées et agissantes à partir de Kinshasa nous apprennent que les échéances électorales de 2016 pourraient être reculées jusqu’en 2018. Officiellement, il ne sera pas possible que le recensement des Congolais(es) puisse être bouclé avant 2018. Officiellement, l’une des revendications des Congolais(es) pourrait être prise en compte. Il ne servirait à rien d’aller aux élections avec un corps électoral inconnu. Néanmoins, officieusement, nous apprenons que ‘’la résistance congolaise’’ a fait mouche.

Un Congo conçu ad aeternam comme ‘’réservoir de leurs matières premières stratégiques’’

L’implication de l’Eglise catholique dans le refus de la révision constitutionnelle a pris ‘’les faiseurs des rois ‘’ de court. Ils seraient en train de peaufiner d’autres stratégies de ‘’conquête du pouvoir’’. C’est-à-dire qu’ils se réorganisent pour voir comment, à partir des éventuelles élections bidons à venir, ils puissent être sûrs de conserver, au cœur de l’Afrique, un Congo conçu ad aeternam comme ‘’réservoir de leurs matières premières stratégiques’’. Avec quelques éléments de langage, ils sont en train de recréer les pièces de rechange. Ils sont aussi à l’affût de ce qui va se passer dans les pays frontaliers du Congo-Kinshasa appelés à organiser, eux aussi, des échéances électorales. Leur ‘’stabilité’’ dépendrait aussi de celle du Congo-Kinshasa.

Les ‘’faiseurs des rois’’ jouent avec les nerfs des Congolais(es) et avec leur capacité de résister sur le temps. Coachant une certaine opposition de pacotille, ils estiment qu’ils vont finir par gagner la bataille des idées dans les cœurs et les esprits de la majorité des Congolais(es). Ils se rendent de plus en plus comptent que tous les Congolais(es) ne sont pas des BMW.

Bref, l’histoire va prouver, de plus en plus, que le pays de Lumumba est un ‘’Etat raté’’ dont le destin échappe à ses dignes filles et fils. ‘’Les faiseurs des rois’’ pourraient poursuivre leur guerre psychologique à l’encontre des Congolais(es) pour les fatiguer et avoir enfin raison de leur résistance. Un remaniement ministériel pourrait intervenir pour donner l’illusion à quelques familles auxquels pourraient appartenir ‘’les nouveaux prédateurs’’ que le Congo-Kinshasa est sur la véritable voie de ‘’la révolution de la modernité’’. Certaines nominations pourraient intervenir dans les entreprises publiques pour soutenir cette impression.

En effet, les ‘’faiseurs des rois’’ jouent avec les nerfs des Congolais(es) et avec leur capacité de résister sur le temps. Coachant une certaine opposition de pacotille, ils estiment qu’ils vont finir par gagner la bataille des idées dans les cœurs et les esprits de la majorité des Congolais(es). Ils se rendent de plus en plus comptent que tous les Congolais(es) ne sont pas des BMW. Il y a parmi eux plus de disciples de Kimbangu et de Lumumba qu’ils n’avaient cru. Malheureusement, ils ont des ‘’armes biologiques’’, des ‘’armes à feu’’ et des réseaux où interfèrent plusieurs ‘’nègres de service’’. Mais, malgré tout cela, les Congolais(es) ont réussi à résister à leur assaut final jusqu’à ce jour ! Un miracle !

La résistance des Congolais

Rares sont les peuples qui, comme les Congolais(es) se battent, mains nues, contre le monde entier depuis plus de 500 ans. Ce phénomène devrait être étudié en profondeur. Contrairement à l’analyse des épiphénomènes, il est difficile, au jour d’aujourd’hui, de croire que les Congolais(es) sont majoritairement des BMW. Oui. Des Congolais(es) boivent, ont besoin d’argent comme valeur d’échange, ont des amis et des amis, des époux et des épouses.

Mais vouloir convaincre le monde entier que tous les Congolais ne sont que des BMW relève d’une propagande mensongère participant de l’idéologie de l’implosion, de la balkanisation du Congo-Kinshasa et de l’extermination de sa population. Les acteurs de cette idéologie macabre ont tout essayé. Ils ont coupé les mains. Ils ont incendié les villages. Ils ont créé le sida et ‘’monseigneur Ebola’’.

Les acteurs de cette idéologie macabre d’implosion et de balkanisation du Congo ont tout essayé. Ils ont coupé les mains. Ils ont incendié les villages. Ils ont créé le sida et ‘’monseigneur Ebola’’. Ils remarquent que les Congolais(es) sont toujours debout.

Ils remarquent que les Congolais(es) sont toujours debout. Ils meurent. Ils enterrent leurs morts. Ils se marient et se reproduisent. Ils ont la danse et la vie épanouie dans le sang. A partir des années 1990 et même un peu avant, ils sont pris dans l’engrenage d’une guerre de basse intensité. Celle-ci a d’abord était menée par ‘’les tueurs à gage économique’’ que sont le FMI et la Banque mondiale avant que les proxies rwandais, ougandais, burundais et quelques cupides congolais s’en emparent. Cette guerre a permis que le Congo-Kinshasa soit réduit à l’état d’un Etat raté occupé et mis sous tutelle de l’ONU.

Malgré tout cela, les Congolais(es) dansent, se reproduisent, envoient leurs enfants à l’école, résistent tant bien que mal contre le pouvoir d’occupation, enterrent leurs morts et croient que l’avènement d’un Etat de droit démocratique dans leur pays est possible.

Voir plus loin que les échéances électorales

Sauront-ils encore tenir le coup pendant plus de deux ans en se disant que l’enjeu face auquel leur pays est placé est fondamentalement celui de la récupération de leur initiative historique en tant que ‘’maîtres’’ de leurs terres et de leur destinée ? Sauront-ils éviter de confondre la vitesse avec la précipitation en restant concentrer sur l’implication des ‘’entreprises mortifères’’ du Nord dans la guerre de basse intensité et de prédation sévissant dans leur pays depuis les années 90 en se disant qu’ils ont le devoir politique de mettre fin à la crise de légitimité créée dans leur pays en 1961 avec l’assassinat de Lumumba.

Il est important que les masses congolaises engagées sur la voie de leur transmutation en ‘’masses critiques’’ puissent voir plus loin que les échéances électorales et se convaincre avec Mufoncol Tshiyoyo que ‘’Likambo ya mabele ezali likambo ya makila’’. Les minorités organisées et agissantes devraient les accompagner dans cette re-conversion. Heureusement, elles sont debout partout au monde et de plus en plus à l’Est du Congo-Kinshasa.

Mbelu Babanya Kabudi

27/10/2014

MIEUX CONNAITRE L'HISTOIRE: COMMENT ET POURQUOI KAMERHE A- T'IL COMBATTU TSHISEKEDI L'ESPOIR DE LA NATION CONGOLAISE? ( PAR POÈTE ROBERT KABEMBA

MIEUX CONNAITRE L'HISTOIRE: COMMENT ET POURQUOI KAMERHE A- T'IL COMBATTU TSHISEKEDI L'ESPOIR DE LA NATION CONGOLAISE? ( PAR POÈTE ROBERT KABEMBA)

Question pertinente qui mérite d’être répondue pour éclairer l’opinion nationale sur les enjeux de la politique congolaise car sans la connaissance de ce qui se passe, il est difficile d’embrasser l’avenir avec certitude. C’est d’ailleurs l’une de raisons qui nous pousse à inviter les congolais à faire la lecture des signes de temps pour comprendre la vérité des faits.

Préparer l’avenir ne veut pas dire oublier le passé. En effet le passé existe et ce n’est pas en l’ignorant qu’on l’empêchera de peser sur le présent et l’avenir. Un proverbe Indien ne dit-il pas que quiconque méconnaît son passé est condamné à le revivre sans cesse ? Aussi ce regard en arrière vise-t-il à nous permettre d’apprécier le chemin parcouru dans nos tentatives de construire un monde meilleur et surtout de constituer une source d’enseignement pour mieux préparer l’avenir.

Le phénomène Joseph Kabila au Congo- Kinshasa constitue une malheureuse expérience et une tentation Gaullienne. Kamerhe a totalement échoué dans son plan A ,mal conçu qui a plongé le Congo dans une situation déplorable et ingouvernable. S’il a réussi à créer la III République, peut-il réussir encore la IV alors que son prestige lié à l’échec de cette III République est au plus bas ? Nous disons non et déclarons que son plan B est une illusion. 
Les congolais se rappellent certainement des conditions dans lesquelles les tractations politiques s’étaient déroulées dans le camp de l’opposition pour soutenir la candidature unique d’Etienne Tshisekedi. Alors que ce dernier était considéré comme Espoir du changement, Kamerhe la contagion dangereuse avait tout fait avec ses disciples de Sultani pour freiner les attentes de notre peuple. Ce groupe des faux opposants avait présenté 4 candidats avec intention de nuire et disperser les voix de la vraie opposition afin d’anéantir l’homme de Limité.

Alors que la diaspora comme toutes les forces vives de la nation s’étaient mobilisées pour soutenir leur candidat préféré, Kamerhe le Mentor de Kabila s’était catégoriquement opposé. Pourquoi avait-il agi de la sorte ? N’avait-il pas un agenda caché ?

Ce qui est vrai, il était juste venu distraire l’opposition, la diviser, la fragiliser et cela pour le compte de son idole Joseph Kabila. Ceci nous pousse à donner raison à un Mwami du Kivu qui avait déclaré à radio Okapi avant les élections »qu’en aucune circonstance Kamerhe s’opposera a Kabila selon les pactes qu’ils ont signés ». Ceci revient à dire que l’opposition de Vital n’est qu’un scenario pour protéger les intérêts du pouvoir en place.

Conscient de la popularité du résidant de Limité, Kamerhe savait qu’une fois Tshisekedi élu, il deviendrait encore très fort et puissant ; ce qui rendrait ses ambitions de 2016 quasi impossible. La logique de cette démarche est simple à comprendre car pour lui les 5 années au pouvoir du Résident de Limite devaient permettre à la vraie opposition c’est-à-dire a l’UDPS et alliés de se préparer pour 2016 afin de briquer un second mandat. Kamerhe avait peur des jeunes opposants coriaces qui entouraient Tshisekedi . Pour lui une fois ce dernier président, en 2016 le nouveau Président sortirait de ces jeunes opposants.

C’est pour cela malgré l’insistance de la diaspora et des forces vives de la nation, l’espion de Kabila n’avait pas tardé à postuler à la présidence avec intention de nuire Etienne Tshisekedi et ses Lieutenants. Sa trahison et son refus de répondre à la volonté de notre peuple constitue un coup dur pour la diaspora et le peuple Congolais tout entier.

En combattant Tshisekedi , Kamerhe avait combattu tout un peuple qui avait placé ses espoirs au père de la démocratie congolaise. En lui tournant le dos, il avait empoignadé la diaspora.

Toujours dans le cadre de ses visées hégémoniques, après son forfait de Novembre 2011 il étendra ses actions pour anéantir la vraie opposition afin de mieux faire asseoir le pouvoir de Kabila. Il tentera d’influencer certains opposants de moindre calibre, sans aucune influence sur le plan national et international pour qu’il devienne Porte-Parole. Alors que la guerre sévissait à l’Est qui constitue son bastion électoral en sa qualité du Leader purement Régional, il fermera les yeux pour se préoccuper seulement du dossier Porte-Parole de l’opposition. Ce qui n’était pas une préoccupation pour les congolais. Il montera un scenario pour paralyser les Forces Acquises au Changement en corrompant certains membres qui heureusement ont été chassés de FAC pour leur attachement à Kamerhe pour le compte du pouvoir en place. 
Pour avoir trahi et combattu Etienne Tshisekedi pendant les élections de Novembre 2011, Vital Kamerhe n’a pas honoré les mémoires de nos compatriotes tués ou assassinés par le pouvoir en place pour leur combat contre la dictature. Nous pensons particulièrement à tous ces vaillants Héros qui sont tombés sous les balles : Floribert Chebeya, Armand Tungu, Cedrick qui s’était immolé et tant d’autres.

Kamerhe peut-il avoir le courage de se tenir devant les congolais et surtout ceux de la diaspora pour qu’il leur dise quoi ? N’est-il pas responsable de tout ce qui arrive aux congolais aujourd’hui ? Sa stratégie de s’approcher de Tshisekedi ne fait-il pas partie de son agenda caché de 2016 ? Ne cherche-t-il pas à attirer la confiance du peuple congolais croyant que Tshisekedi lui accordera son appui?

Nous qui faisons partie de la génération Tshisekedi se rappellerons toujours du combat de ce grand homme et n’acceptons en aucun cas que Kamerhe obtienne l’appui de notre peuple.

Nous ne pensons pas que les membres de l’UDPS, des Forces Acquises au changement, des Forces vives de notre pays et la diaspora congolaise peuvent avoir confiance a Vital Kamerhe mauvais visionnaire et prophète du malheur congolais.

Poète Robert Kabemba