Il n’y a pas eu de troisième miracle pour la RDC. Qualifiée pour la CAN en tant que meilleur troisième lors du dernier tour des qualifications et auteur d’un incroyable come-back en quarts de finale contre le Congo-Brazzaville (de 0-2 à 4-2), la RDC n’a pas réussi à passer l’écueil de la Côte d’Ivoire au stade des demi-finales de la Coupe d’Afrique des nations. Et ce, malgré un Dieumerci Mbokani qui s’est démené comme un beau diable sur le front de l’attaque PENDANT une heure de jeu avant de céder sa place à Kabananga (Cercle).

Sur la lancée de ses deux buts en quarts, L’ancien joueur du Standard et d’Anderlecht a remis les deux équipes à égalité en répondant au but d’ouverture de Yaya Touré – une frappe surpuissante dans le plafond (20e) – depuis le point de penalty (23e). Une égalisation méritée à ce moment-là pour les Congolais où Chancel Mbemba a montré de bien belles choses au poste de milieu défensif où il est pourtant peu habitué à jouer. Cela pourrait donner des idées à Besnik Hasi à l’avenir.

Mais, malgré une très bonne entame, les Léopards ont petit à petit baissé pavillon face à la l’expérimentée Côté d’Ivoire. Rompue au dernier carré du tournoi (4 demies lors des 6 dernières éditions de la CAN), la sélection ivorienne a pu compter sur ses cadres offensifs pour s’offrir une troisième finale en neuf ans.

Après Touré, c’est Gervinho, sur un service de Wilfried Bony, qui a fait trembler les filets juste avant le repos. Un but plein de sang-froid du joueur de l’AS Rome dont la carte rouge lors du premier match des Elephants face à la Guinée est un lointain souvenir. Les Ivoiriens, dont le dernier but a été inscrit par Kanon, ont désormais quatre jours pour évacuer leurs deux dernières finales perdues aux tirs au but (2006 et 2012). La RDC et ses «Belges» (Kudimbana, Mandanda, Mbemba, Kabananga, Kage et Kebano) tenteront, eux, d’arracher la 3e place face au perdant de l’autre demi-finale entre le Ghana et la Guinée Equatoriale ce jeudi soir (20h).