Quelques jours après les attentats parisiens, voici ce que l’on sait sur les« trois équipes de terroristes coordonnées » responsables des attentats de Paris.

L’équipe du Bataclan

Trois kamikazes se sont fait exploser dans la salle de spectacle. Aujourd’hui, l’identité de deux d’entre eux est connue.

Ismaël Omar Mostefaï.

Un « individu né le 21 novembre 1985, à Courcouronnes dans l’Essonne. Son casier judiciaire porte mention de huit condamnations entre 2004 et 2010 pour des infractions de droit commun (conduites sans permis, outrages, NDLR) », selon le procureur de Paris. Il était fiché pour radicalisation depuis 2010, mais n’avait jamais été incarcéré ni impliqué dans un dossier terroriste.

Selon Le Monde, il aurait séjourné en Syrie entre l’automne 2013 et le printemps 2014. À son retour, installé à Chartres, il a côtoyé un petit groupe salafiste, surveillé de près par les services de renseignement. Ce jeune père de famille aux racines algériennes allait avoir 30 ans samedi prochain. Il a deux frères et deux sœurs.

Samy Amimour.

Né le 15 octobre 1987 à Paris, et originaire de Drancy, il était connu des services français. Il avait été mis en examen le 19 octobre 2012 pour association de malfaiteurs terroriste « après un projet de départ avorté vers le Yémen » et placé sous contrôle judiciaire, d’après le parquet.

L’identité du troisième kamikaze est encore inconnue.

L’équipe du Stade de France

Là aussi, trois kamikazes se sont donné la mort et deux ont été identifiés.

Bilal Hadfi.

Il s’agit d’un Français né le 22 janvier 1995 et résidant en Belgique, d’après le procureur de Paris. Selon le Washington Post, qui cite des « sources officielles sous couvert d’anonymat », il s’agirait d’un ex-combattant syrien.

Ahmad Al-Mohammad.

Sur les lieux de l’une des trois explosions, un passeport a été retrouvé. Il appartient à ce Syrien « né le 10 septembre 1990, qui n’est pas connu des services de renseignements français », dixit le procureur. Mais rien ne permet à ce stade d’affirmer que cette personne était l’un des sept kamikazes décédés.

 

Un troisième kamikaze. Son identité n’a pas été encore déterminée.

L’équipe des terrasses des X et XIème arrondissements

À bord d’une Seat Leon noire, cette équipe a ouvert le feu à plusieurs endroits de la capitale. Les terroristes étaient ici au moins deux, selon plusieurs témoignages. L’un d’eux a été identifié.

Ibrahim Abdeslam.

Ce Français, né le 30 juillet 1984 à Bruxelles, résidait également chez nous. Il s’est fait exploser à 21 h 43 devant la brasserie Comptoir Voltaire. C’est lui qui avait loué la Seat en Belgique, selon Le Monde et Libération.

Un (ou deux) autre(s) kamikaze(s), dont les identités sont inconnues.

Le cerveau présumé des attentats : Abdelhamid Abaaoud

Les services de sécurité belges soupçonnent qu’Abdelhamid Abaaoud, 29 ans originaire de Molenbeek, pourrait être le cerveau dans les attentats à Paris, rapporte De Standaard.

Abdelhamid Abaaoud est aussi le chef présumé de la cellule terroriste de Verviers qui a été démantelée en janvier dernier par la police belge. Deux djihadistes avaient été tués à Verviers et un autre blessé. Abdelhamid Abaaoud a été condamné en juillet, par défaut, à 20 ans de prison par le tribunal correctionnel de Bruxelles qui le considère comme l’un des chefs de la « filière syrienne » dont 32 membres (certains décédés, d’autres toujours en Syrie) étaient jugés.

Les autres suspects

Les deux frères d’Ibrahim Abdeslam intriguent également les enquêteurs belges et français.

Salah Abdeslam.

Un mandat d’arrêt international a d’ailleurs été émis par la Belgique contre lui Ce Français né le 15 septembre 1989 à Bruxelles fait également l’objet d’un mandat de recherche. La Polo abandonnée à côté du Bataclan était louée à son nom. Il a aussi été contrôlé samedi matin, à 9h10 à Cambrai, au moment où il voulait franchir la frontière belge à bord d’un autre véhicule. Deux passagers étaient à bord, dont on n’a pas de nouvelles.

.
.

Mohammed Abdeslam.

Il est le troisième frère Abdeslam. Il été interpellé à Molenbeek samedi et relâché ce lundi.

© EPA
© EPA

Mohamed Amri. Il est le propriétaire de la Golf qui a ramené Salah Abdeslam à Bruxelles après les attentats. Il est placé sous mandat d’arrêt et inculpé du chef d’attentat terroriste et participation aux activités d’un groupe terroriste, avec une autre personne dont l’identité est encore inconnue.

Quatre autres personnes sont été arrêtées samedi par les autorités belges avant d’être libérées.

Les attentats imputés à l’État islamique : chronologie