Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/12/2015

Accord mondial adopté par la COP21 pour lutter contre le réchauffement climatique

Accord mondial adopté par la COP21 pour lutter contre le réchauffement climatique

AFP Publié le - Mis à jour le

PLANÈTE

Un accord sans précédent pour lutter contre le réchauffement, dont la vitesse inédite menace la planète de catastrophes climatiques, a été adopté samedi à Paris, dans un concert d'applaudissements par 195 pays, après plusieurs années de négociations extrêmement ardues.

"Je ne vois pas d'objection dans la salle (...) je déclare l'accord de Paris pour le climat adopté", a déclaré, très ému, Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères et président de la 21e conférence climat de l'Onu, en abattant son maillet sur le pupitre. Une ovation de plusieurs minutes a alors eu lieu dans la salle, six ans après le fiasco de la COP de Copenhague, qui avait échoué à sceller un tel accord.

L'ambassadrice française Laurence Tubiana, bras droit de Laurent Fabius, a longuement étreint Christina Figueres, la responsable climat à l'Onu, avant que le président François Hollande ne les rejoigne brièvement à la tribune. Sous les vivats de la salle, ils se sont tous pris par la main.

Avant d'entrer en plénière, le plus important groupe de pays, le G77 + la Chine (134 pays émergents et en développement), avait dit être satisfait du texte, auquel des modifications ont encore été apportés dans la nuit. "Nous sommes unis, tous ensemble. Nous sommes heureux de rentrer à la maison avec ce texte", a déclaré Nozipho Mxakato-Diseko, ambassadrice sud-africaine et porte-parole du G77 + Chine (134 pays). "Nous sommes presque au bout du chemin et sans doute au début d'un autre", avait déclaré M. Fabius à la mi-journée en présentant le texte Laurent Fabius. Il avait appelé les pays à adopter "un accord historique" au cours d'un discours déjà empreint d'émotion et ponctué par des applaudissements.

Il n'y a pas eu de vote, le consensus étant requis dans le cadre de la Convention climat de l'ONU. Ce matin, Ban Ki-moon avait appelé les pays à "finir le travail", pour lutter contre le réchauffement qui aggrave notamment les vagues de chaleur, les sécheresses, les inondations et la fonte des glaciers.

Reflétant un sentiment partagé au sein des ONG, Greenpeace avait estimé avant son adoption que l'accord marquait un "tournant" et relèguait les énergies fossiles "du mauvais côté de l'Histoire".

+ LIRE AUSSI | "Le meilleur accord possible"

Hollande proposera aux pays volontaires de s'engager davantage avant 2020

Le président français François Hollande a annoncé samedi à la tribune de la Conférence de Paris sur le climat qu'il proposerait aux "pays qui veulent aller plus vite" dans la lutte contre le changement climatique de revoir leurs engagements avant 2020.

 "Dès demain, je ferai la proposition que les pays qui veulent aller plus vite puissent réactualiser avant 2020 tous leurs engagements", a déclaré le chef de l'Etat.

L'accord prévoit que une première révision obligatoire de réduction des émissions polluantes en 2025. Cette date est jugée trop tardive par les ONG et des scientifiques.

Valls salue "un accord historique" et "une victoire pour la planète"

Le Premier ministre, Manuel Valls, a salué samedi soir l'accord conclu contre le réchauffement climatique, le qualifiant sur Twitter d'"historique" et de "victoire pour la planète". "Le monde entier uni à Paris pour un accord historique sur le climat. Fierté et responsabilité: une victoire pour la planète. MV #Cop21", a tweeté le Premier ministre.

Un peu plus tard, le chef du gouvernement a rendu hommage à l'action de la France pour parvenir à cet accord, toujours sur Twitter: "Félicitations aux équipes françaises, particulièrement à @LaurentFabius pour cette méthode de négociations. Un accord sans précédent".

Un accord sans précédent pour lutter contre le réchauffement, dont la vitesse inédite menace la planète de catastrophes climatiques, a été adopté samedi à Paris, dans un concert d'applaudissements par 195 pays, après plusieurs années de négociations extrêmement ardues.

 

Ecolo: "Un accord qui sauve l'espoir de préserver notre climat"

Ecolo salue "l'adoption par la communauté mondiale d'un accord contraignant et universel sur le climat et félicite l'implication déterminée de la France dans ce succès diplomatique historique", a indiqué Ecolo, samedi soir dans un communiqué, à l'issue de l'accord sur le réchauffement climatique conclu à Paris lors de la COP 21. "L'importance, la complexité et les nuances de cet accord appelleront des analyses et commentaires approfondis1, mais d'ores et déjà Ecolo se réjouit du fait que la volonté de poursuivre les efforts pour limiter l'augmentation à 1,5°C figure dans l'accord comme objectif ambitieux", soulignent les écologistes.

Ecolo apporte quelques bémols à l'accord de Paris. Les écologistes regrettent que "l'objectif de décarbonation ne figure pas dans l'accord de Paris et qu'il ne soit pas fait mention des sources d'énergie renouvelable comme outil essentiel pour sortir des énergies fossiles". "En matière de financement, la confirmation du fait que le montant de 100 milliards de dollars destinés aux Pays en développement est un plancher constitue une avancée. Toutefois, le rehaussement de l'aide interviendra beaucoup trop tard (2025), l'alimentation financière structurelle du fonds vert n'est pas assurée, ni l'additionalité des sommes par rapport à l'aide actuelle au développement et sa prévisibilité doit encore être précisée", estime Ecolo.

Les écologistes regrettent aussi l'absence d'objectifs pour la réduction d'émissions de CO2 dans l'aviation et le transport maritime.

 Marghem: "Un message d'espoir pour l'avenir de la planète"

 L'accord climatique universel de Paris, conclu samedi soir par 196 pays, "marque un tournant et apporte un message d'espoir pour l'avenir de la planète", réagit la ministre fédérale de l'Energie, du Climat et du Développement durable, Marie Christine Marghem. Les "engagements majeurs" pris dans cet accord, comme la volonté de limiter le réchauffement climatique bien au-dessous des 2°C par rapport à l'ère préindustrielle avec des efforts supplémentaires pour se rapprocher de 1,5°C, et l'inventaire mondial des contributions nationales prévu en 2023 et par la suite tous les cinq ans, "montre la volonté des parties à l'accord de lutter durablement contre le réchauffement climatique", poursuit Mme Marghem, estimant que "cela augure des mesures concrètes, en particulier en matière de transition énergétique ".

La ministre belge salue aussi la décision prise de fixer avant 2025 un nouveau financement collectif par les pays développés de minimum 100 milliards par an afin de répondre aux besoins des pays en développement.

A l'instar de plusieurs de ses homologues, la ministre belge salue enfin "l'excellent travail" fourni tout au long des négociations par la présidence française de la COP21.

 Fremault: "Un tournant majeur pour l'Humanité et les générations futures"

"Ce texte marque un tournant historique dans la politique climatique internationale", a souligné samedi soir la ministre bruxellois de l'Environnement, Céline Fremault, qui était présente cette semaine à la COP 21, dont les 196 pays ont finalement adopté, samedi soir par consensus, un accord mondial destiné à lutter contre le réchauffement climatique.

Pour Céline Fremault, l'accord de Paris est universel car "celui-ci va au-delà de la réduction d'émissions d'une petite quarantaine d'Etats" et ambitieux car " il reprend un objectif à long terme qui se veut plus fort que les 2° C mentionnés par le GIEC".

"L'accord de Paris n'est pas une fin en soi mais c'est un tournant majeur. Nous sommes maintenant sur la voie qui peut nous mener vers une société plus respectueuse de sa planète, plus sûre et plus juste", ajoute Céline Fremault. Et de conclure: "Je remercie, par ailleurs, la Présidence française pour sa grande rigueur et son volontarisme inlassable lors des négociations".

 

Les commentaires sont fermés.