Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/01/2016

Blocage du processus électoral : les Evêques catholiques interpellent Nangaa et Basengezi !


Posté le:

L’état des lieux du processus électoral était au rendez-vous du tête-à-tête entre le Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), M.  Corneille Nangaa Yobeluo et les Archevêques et Evêques Membres du Comité Permanent de la CENCO. En session extraordinaire dont l’objet est justement focalisé sur les principaux enjeux politiques de l’heure, les têtes couronnées de l’Eglise Catholique de la République Démocratique du Congo se sont félicitées de la disponibilité du Président de la CENI,  avant de lui exprimer leurs préoccupations les plus légitimes. 

Près de dix Évêques parmi lesquels Son Eminence Laurent Cardinal Monsengwo Pasinya, Monseigneur Jean-Pierre Tafunga de l’Archidiocèse de Lubumbashi, Monseigneur Marcel Lutembi de l’Archidiocèse de Kisangani, Monseigneur Mabila de l’Evêché de KASONGO, Monseigneur François-Xavier Maroyi  de l’Archevêché de Bukavu, Monseigneur NGUMBI du diocèse de Kindu et autres ont réservé un accueil de respectabilité à l’autorité électorale de la République Démocratique du Congo. A cette occasion, le président de la CENI, Monsieur Corneille Nangaa Yobeluo s’est fait accompagner de Norbert Basengezi Katintina, Vice-président et de quelques experts internationaux du Projet d’Appui au Cycle Electoral au Congo (PACEC), de l’Unité électorale de la MONUSCO et de l’Union Européenne, eux qui,  au quotidien, travaillent côte-à-côte avec les experts de la CENI.

Les préoccupations de la CENCO vis-à-vis du processus électoral

Elles se résument essentiellement sur les  inquiétudes multiples exprimées par la classe politique, la société civile et les confessions religieuses. Ce sont des inquiétudes, des incertitudes doublées des suspicions provoquant un certain malaise dans la population. Les Evêques ont présenté à Corneille Nangaa, leurs soucis du moment aux fins de mieux cerner les perspectives du processus électoral en RDC.

Un privilège, a reconnu le président de la CENI qui a trouvé  en cette invitation des dignitaires de l’Eglise Catholique, une opportunité certaine d’éclairer les uns et les autres sur les tenants et aboutissants du processus électoral en RDC. Un processus qui est prévu par la Constitution, laquelle prévoit 11 scrutins constitutionnels déclinés en mode direct et indirect. C’est ici qu’il a souligné l’urgence de passer à l’action.

2016, une année électorale qui démarrera par la révision du fichier électoral

Pour le président de la CENI, l’année 2016 sera une année électorale. Il a expliqué que toutes les dispositions sont déployées afin que chaque partie prenante soit sensibilisée à sa mission dans le processus électoral. Il a néanmoins fait mention de quelques interrogations qui peuvent, si elles ne sont pas prises en charge dans les délais immédiats, compliquer la tâche à la Commission Electorale Nationale Indépendante. Il s’agit d’abord des lois qui nécessitent une revisitation : la loi électorale pour qu’elle résolve les conditionnalités posées par elle en ce qui concerne le calcul du nombre des sièges et la loi portant identification et enrôlement des électeurs qui exclut les congolais de la diaspora.

La révision du fichier électoral est déjà au rendez-vous du processus électoral. Cette opération de grande envergure devrait ouvrir la voie à un processus électoral de qualité. Cependant, dans le souci de la transparence, la CENI attend que les acteurs politiques et les autres parties prenantes se prononcent sur le type d’enrôlement attendu. Il s’agit d’opérer un choix ente la révision partielle du fichier électoral et la révision totale, chaque option comportant des avantages et des inconvénients.

Autre questionnement présenté aux Evêques, l’agencement des scrutins électoraux. Il est question pour la CENI de se rassurer que les acteurs politiques conviennent des priorités électorales du moment. Enfin, un souci logistique se greffe que processus électoral congolais depuis le retrait du soutien logistique de la MONUSCO. Bien que le président de la CENI a saisi le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies à ce sujet, il reste que la résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies n°2211 conditionne l’appui logistique à l’amélioration de la situation des droits de l’homme en RDC. Autant de questionnements présentés aux princes de l’Eglise par le Président de la CENI et pour lesquels la CENI voudrait obtenir des assurances sérieuses de la part des parties prenantes.

A l’issue de la rencontre, le Président de la CENI a indiqué à la presse : « Nous avions promis qu’on allait faire une évaluation et que nous allions par la suite procéder à des consultations. Nous avons terminé l’évaluation et il était normal que nous consultions les pères spirituels. Eux, qui ont accepté volontiers de nous recevoir pour  échanger sur l’édifice et le challenge qui reste sur le parcours du processus électoral ainsi que les questions qui restent posées. Les évêques ont été édifiés par notre présentation et nous attendons la suite. Ce qui reste à faire, c’est que nous devons publier un calendrier électoral réaménagé et nous allons le publier. Mais nous voulons avoir des assurances que le calendrier que nous allons publier aura la chance qu’il soit effectivement exécuté. Et cela demande que ce calendrier soit consensuel et réaliste. 

Nous consultons donc et quand nous aurons tous les éléments, le calendrier sera publié. Notre mission est d’organiser les élections. 2016, c’est une année électorale. Nous allons commencer d’abord par ce qu’on appelle les préparatifs. Pour qu’on organise les élections, il va falloir qu’on fasse la révision du Fichier électoral. Parce que vous n’allez pas organiser les élections sans penser intégrer les nouveaux majeurs, sans penser à ceux qui ont changé les adresses et sans penser aux  congolais de l’étranger qui la loi donne la possibilité de voter. Nous sommes en train d’examiner les contraintes. Nous allons donc commencer par la révision du fichier électoral, suivra la répartition des sièges et l’ouverture des candidatures. C’est ça le processus. La CENI doit arbitrer le match dont les joueurs sont les acteurs politiques, nous allons donc consulter tout le monde.»

La CENCO édifiée, promet de relayer le message de la CENI

Le Secrétaire Général de la CENCO, l’Abbé Santedi  Léonard a circonscrit la rencontre en ces termes : « les évêques, comme Pasteurs ont entamé des rencontres avec les acteurs politiques et de la société civile pour voir ensemble ce qu’il faut faire pour l’amélioration de la situation d’abord par rapport au dialogue. Etant qu’ils avaient dit que le dialogue est une voie royale en démocratie pour arranger le problème. Et s’il y a des problèmes en écoutant les uns les autres quels sont les obstacles et qu’est-ce qu’eux peuvent apporter comme contribution pour que les uns et les autres se parlent pour le bien-être du peuple congolais, pour la paix dans notre pays et pour une réussite du processus électoral. Voilà pourquoi hier, ils ont entamé les rencontres. Et aujourd’hui, l’organe technique, la CENI, qui est responsabilisé par l’Etat pour organiser les élections, on devrait savoir quels sont les obstacles que la CENI rencontre pour voir aussi dans le dialogue comment les évêques pourraient répercuter cela auprès des acteurs politiques, même aussi de la Société Civile et même de la Communauté internationale pour qu’on réussisse le pari d’organiser les élections dans notre pays. Et quand on fait une lecture objective de la situation, on voit que les échéances annoncées traînent par rapport au dialogue mais comme Pasteurs, surtout ceux qui sont à l’intérieur du pays, nous lisons l’inquiétude de la population qui voit que 2016 va commencer et qu’est ce qui va se passer.

 Les évêques se disent que nous avons des fils et filles au tant dans la Majorité au tant dans l’Opposition, mettons-nous à leur écoute, parce que les gouvernants ont la responsabilité de la gestion de la Cité et peut être qu’il y a des paramètres que nous ignorons et peut être le problème est complexe, en les écoutant, on  peut se mettre en meilleur posture pour pouvoir aider que les choses se décantent, aider à un dialogue, aider à la paix surtout à la construction de la paix mais aider aussi à la réussite du processus électoral. 

Car pour les évêques, les élections constituent un enjeu de taille pour la consolidation de notre démocratie. Evidemment, la CENI nous a donné l’assurance de tout faire du point de vue technique de tout faire de ce qui est de son possible mais tout ne dépend pas que d’elle. Car il y a des choses qui dépendent par exemple du Gouvernement, du Parlement là où les lois doivent être votées, des acteurs politiques et donc la CENI nous a fait voir qu’il faudra s’engager. En s’ouvrant aux évêques comme Pères Spirituels et nous vous parlons aussi comme Pères Spirituels pour que vous puissiez de votre côté parler aux uns et aux autres pour que tous mettent la main à  la patte pour qu’on réussisse ensemble ce processus. Ce processus ne dépend pas que de la CENI. Et donc les évêques ont pris bonne note et ils ont promis comme Pasteurs de faire le relais, d’informer et de dialoguer. 

Les évêques jouent le rôle comme Pasteurs de déblayer le terrain pour que les congolais se  parlent et si les congolais se parlent, les évêques pensent qu’ils ont la possibilité de résoudre ces problèmes qui se posent. Dans quelle direction, justement le sens de leur mission. En les écoutant, ils pourront dire quelle direction prendre. En tout cas les évêques s’investissent  car ils pensent que dans les échanges on peut baliser le terrain soit pour le dialogue soit pour la réussite du processus électoral».

Logistique électorale : 45 des 97 jeeps CENI déjà   à Kinshasa

Un convoi de 45 jeeps 4x4 tout-terrain a été aperçu dans l’après-midi du mercredi, 30 décembre 2015 en provenance de Matadi. Ceci vient concrétiser l’annonce faite  par le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante, Corneille NANGAA YOBELUO au cours de sa visite officielle au Port International de Matadi.

Le cortège de ces premiers  lots est entré dans ville de Kinshasa en provenance de Matadi à 15h30 et après un carnaval organisé à ce sujet, les véhicules ont sont arrivés au siège vers les 18heures avant d’être entreposer aux entrepôts central de la CENI.


Read more at http://www.congosynthese.com/news_reader.aspx?Id=14573#KmZxRjWfZZe7F73A.99

Les commentaires sont fermés.