Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/01/2016

Dialogue Kabiliste – Mission Difficile !

Dialogue Kabiliste – Mission Difficile !  


Posté le:
 

Les jours se suivent, mais ne se ressemblent guère. Au Congo de Lumumba et Mzee Laurent-Désiré Kabila, deux héros nationaux honorés les 16 et 17 janvier dernier, les perspectives d’un dialogue que l’on a cru imminent après la signature de l’ordonnance présidentielle quant à ce, ne sont plus lumineuses.

Depuis, l’on y va de consultation en consultation, sans que la machine ne connaisse le moindre démarrage. La dernière initiative annoncée, dans ce cadre, est celle venant de l’Union Africaine.

En effet, la présidente de la Commission de cette institution a rendu public un communiqué, en date du 14 janvier 2016, relatif au dialogue national convoqué par Joseph Kabila.

Dans celui-ci, Nkosazana Zuma a désigné Edem Kodjo, ancien Premier Ministre tongolais, pour mener des consultations avec des acteurs politiques et sociaux Congolais, afin de trouver une issue pouvant conduire à la tenue du dialogue. A peine a-t-il été désigné et que le communiqué y afférent rendu public, l’opposition politique congolaise a réagi.

En effet, les regroupements de l’opposition politique en République Démocratique du Congo notamment, le G7 et la Dynamique de l’opposition sont montés au créneau pour dire non à la démarche de la présidente de la Commission de l’Union Africaine. Parmi les griefs possibles retenus à sa charge, le fait de ne pas faire référence à la Constitution de la RDC, ni au délai constitutionnel dans le cadre de l’organisation des élections. Bref, il est noté la méconnaissance criante, par cette dernière, de la réalité de la situation politique actuelle en RDC. Soit, elle est mal renseignée, soit insuffisamment informée de ce qui se passe en RDC, souligne le communiqué de presse conjoint de l’opposition.

A l’analyse de ce qui précède, nul doute que l’on table sur une mission difficile de l’Envoyé spécial de l’Union Africaine. Si la démarche de Nkosazana est désavouée, quelle chance peut-on donner à son Envoyé d’être d’abord écouté ? Quel argument massue pourra-t-il brandir pour infléchir la position de l’opposition opposée au dialogue ?

Par ailleurs, une autre question est celle de savoir, pourquoi mener des démarches parallèles, alors que les Nations Unies sont saisies et que Ban Ki-moon a déposé son rapport au Conseil de sécurité ? Considère-t-on que les procédures au niveau des Nations Unies soient alambiquées et que, par conséquent, il faut trouver une autre voie, de sortie ? C’est ce que l’on peut bien comprendre de cette initiative au niveau africain. Avec ce rejet de l’offre, il est fort à parier que ne seront consultés que les mêmes groupes et l’on aboutirait toujours au même résultat.


(  Lecongolais



Les commentaires sont fermés.