Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/02/2016

Panique à Kinshasa : "Kabila" ameute ses "généraux"


Posté le:

La victoire des "Léopards" au Championnat d’Afrique des Nations, dimanche 7 février, à Kigali, face aux "Aigles" du Mali, a engendré un effet inattendu. Des Kinois ont profité de la liesse populaire pour rudoyer un "Joseph Kabila" qui ne fait plus mystère de son ambition de briguer un troisième mandat en dépit de l’interdit constitutionnel. Une dépêche de l’AFP rapportant cette manifestation d’hostilité a provoqué l’ire du ministre de la Communication et médias qui excelle dans son rôle "d’aboyeur de la République". Mende a appris à ses dépens que la "kabilâtrie" claironnée matin, midi et soir sur les ondes du médias d’Etat (RTNC) n’est qu’un leurre. Lundi, "Joseph Kabila" a présidé le "conseil supérieur de la défense". Et pourtant, Kinshasa ne fait face à aucun péril interne ou externe. En fait, les slogans anti-kabila entonnés dimanche soir ont provoqué un véritable "choc émotionnel" au sommet de l’Etat.

«Les Léopards» et leurs encadreurs ont regagné la capitale congolaise, lundi 8 février, par un vol spécial affrété... "par le gouvernement de la République", précise une dépêche de l’Agence congolaise de presse. On peut gager que la direction de l’ACP a reçu des instructions formelles de la "hiérarchie" pour éluder le nom de "Joseph Kabila".

"Joseph Kabila", c’est bien connu, raffole des coups d’encensoir. L’homme aime voir son image toujours "en haut de l’affiche". Lundi, il était invisible à l’aéroport international de Ndjili à l’arrivée des Léopards. Il a confié cette tâche au président de l’Assemblée nationale et secrétaire général de la "MP" (majorité présidentielle), Aubin Minaku. 

Flagorneur devant l’Eternel, le secrétaire général du PPRD, Henri Mova Sakanyi, s’est fendu, dimanche, d’un de ces twitts de nature à desservir la cause que l’on tente de défendre : "Les Léopards donnent un troisième mandat à Kabila". Signé: @AmbHenri Mova. Surpris par l’effet désastreux de son message, le "professeur" Mova s’est rétracté en prétendant, toute honte bue, que son compte Twitter a été piraté. Le texte querellé lui ressemble pourtant bien.

"Joseph Kabila" affûte ses armes 

"Joseph Kabila" s’est rendu, lundi, à l’état-major général de l’armée où il a présidé une réunion du "Conseil supérieur de la défense". "Rien n’a filtré de cette réunion", indique l’ACP. La qualité de certains participants - le Premier ministre Augustin Matata Ponyo, le ministre de l’Intérieur Evariste Boshab et le ministre des Affaires étrangères Raymond Tshibanda Ntungamulongo -, incline à penser qu’il a été essentiellement question des manifestations anti "Kabila" de la veille.

Selon l’ACP, à l’issue de cette rencontre, "Joseph Kabila" est allé visiter "le premier lot de véhicules flambant neufs destinés aux chefs des forces, aux généraux en fonctions et retraités ainsi qu’aux aumôniers militaires des églises catholique, protestante et kimbanguiste". 

D’après des sources militaires kinoises, le "raïs" a acheté plusieurs véhicules 4X4 destinés aux "généraux". "Il s’agit d’une corruption morale, commente une source. Les retraités ont été inclus pour brouiller les pistes. L’objectif est d’obtenir l’allégeance et surtout la fidélité des officiers actifs au moment où le pouvoir traverse une zone de forte turbulence". "Au Katanga, le général John Numbi a repris discrètement le travail pour tenir en respect les leaders politiques du cru", glisse une autre source. 

"Joseph Kabila" a achevé sa journée par une visite au bâtiment administratif qui abrite le "quartier général" de la "Première zone de défense". Le maître du lieu n’est autre que le très sulfureux "général major" Gabriel Amisi Kumba, alias "Tango Four". 

"Kabila Wumela" versus "Kabila mandat esili"

Que s’est-il passé le dimanche 7 février à Kinshasa? Dans une dépêche datée du même jour, l’Agence France Presse rapporte que "la police a dispersé à coups de grenades lacrymogènes des supporteurs" des "Léopards" "qui scandaient à des slogans hostiles au président Joseph Kabila". 

Selon la même source, des policiers anti-émeute avaient repoussé "un groupe de près de cinq cents personnes" non seulement en tirant plusieurs grenades lacrymogènes et mais aussi "quelques rafales d’armes automatiques en l’air".

L’AFP de rappeler que le patron de la police kinoise, le "général" Célestin Kanyama, avait prévenu les Kinois, dimanche dans la journée, en les appelant à festoyer à domicile ou devant la porte de celui-ci. "Si vous allez sur la voie publique, on s’occupera de vous", avait-il averti sur la RTNC.

Selon des habitants de Kinshasa présents ce matin à l’aéroport international de Ndjili, il n’a pas été possible d’ovationner les "Léopards". Sous la conduite du "général" Célestin Kanyama, le cortège a quitté l’aérogare en trombe avant de traverser la ville en toute vitesse. Destination : Fleuve Congo Hôtel. Un dispositif de sécurité a été mis en place. "Le comportement de la police n’aura pour effet que d’aggraver le désamour entre le régime Kabila et la population, commente un confrère kinois. Joseph Kabila a peur. C’est pourquoi il bat le rappel de ses généraux. Au slogan "Kabila Wumela" (Ndlr : Kabila reste le plus longtemps à ton poste) lancé par des caciques du régime, les opposants ont trouvé la réplique : Kabila mandat esili" (Ndlr :Kabila, ton mandat a pris fin). 

On imagine que la dépêche de l’AFP a fait mal. Très mal. Et pour cause, celle-ci a été reprise par plusieurs médias à travers le monde. Lundi, le ministre Lambert Mende, qui passe le clair de son temps à réagir, a publié une mise au point d’une légèreté inqualifiable. 

Selon lui, la police serait intervenue pour disperser des "jeune inciviques excités" qui caillassaient les devantures des magasins dans la commune de Lingwala. Incapable de démentir les "cris hostiles" scandés à l’encontre de "Kabila", Mende d’ajouter que des "insultes" ont été lancées également à l’encontre des policiers et de leur hiérarchie. "Lambert" qui avait l’habitude de monter des "coups fumants" avec les médias belges et français à l’époque où il militait dans les rangs de l’opposition, conclut par ces mots plaintifs : "Il est curieux que l’AFP ne se soit focalisée que sur ce dernier développement somme toute dérisoire et sans lien avec l’événement". Dérisoire?


(  Congoindependant ,

Les commentaires sont fermés.