Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/02/2016

RD Congo : ce que l’on sait des disparitions et arrestations liées à la journée ville morte

RD Congo : ce que l’on sait des disparitions et arrestations liées à la journée ville morte

Le Bureau conjoint de l'ONU aux droits de l'homme a confirmé jeudi à Jeune Afrique qu'une "répression forte" a été constatée "avant et pendant" la journée ville morte décrétée le 16 février en RD Congo par la société civile et l'opposition congolaises. Qu'en est-il ?

Au moins 35 arrestations dans le pays, selon l’ONU

« L’on a assisté à une répression forte avant et pendant la journée du 16 février », décrétée ville morte par des organisations de la société civile et des partis d’opposition en RD Congo, confie à Jeune Afrique José Maria Aranaz, chef du Bureau conjoint de l’ONU aux droits de l’homme (BCNUDH).

À l’en croire, il y aurait eu au moins 35 cas d’arrestations liées à la journée ville morte dans l’ensemble du pays. « Rien qu’à Kinshasa, mardi nous avons d’abord pu confirmer la détention de cinq personnes, puis mercredi nous avons répertorié 22 nouveaux cas », poursuit José Maria Aranaz.

La police à Kinshasa nie tout

« Il n’y a pas eu d’arrestation à Kinshasa », rétorque le général Célestin Kanyama. Le numéro un de la police dans la capitale congolaise réfute « catégoriquement » toutes les allégations qui font état de plusieurs cas de détention de militants prodémocratie et d’opposants à Kinshasa à la veille et le jour même de la journée décrétée ville-morte.

« Tout ce qui se raconte, c’est des mensonges. Le 16 février, il n’y avait pas de manifestations, pourquoi la police aurait-elle procéder à des arrestations ? » interroge le général Kanyama.

Quid de Bienvenu Matumo (déjà enlevé, puis libéré en octobre) et Héritier Kapitene, deux militants prodémocratie très actifs disparus à Kinshasa depuis le 15 février ?

« Nous pensons qu’ils sont détenus dans les cachots de l’ANR [Agence nationale de renseignement] ou dans les cellules de la police, mais nous n’avons pas eu accès à ces endroits. Nous ne pouvons donc rien confirmer pour l’instant », répond José Maria Aranaz. Mais du côté de la police à Kinshasa, le général Kanyama jure n’avoir « aucune information » sur cette double disparition.

 À LIRE AUSSI :

Situation dans le reste du pays

José José Maria Aranaz souligne également que « 6 militants de la Lucha [Lutte pour le changement, mouvement congolais prodémocratie] ont été arrêtés à Goma et seront jugés jeudi en procédure de flagrance, un porte-parole de l’UNC [Union pour la nation congolaise, parti de l’opposant Vital Kamerhe, ndrl] a été arrêté puis libéré à Uvira et un cas d’arrestation à Matadi », dans l’ouest du pays.

Le BCNUDH est aussi « en train de vérifier les cas d’intimidation dont auraient été victimes des commerçants à Lubumbashi et à Kolwezi », dans le sud du pays. Ces derniers auraient été sommés d’ouvrir leurs boutiques le 16 février sous peine de poursuites ou d’arrestations.

Trésor Kibangula

Les commentaires sont fermés.