Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/06/2016

RD Congo : Kabila s’insurge contre les « ingérences étrangères » et insiste sur le dialogue national

RD Congo : Kabila s’insurge contre les « ingérences étrangères » et insiste sur le dialogue national

 

Dans son message à la nation, à l'occasion du 56e anniversaire d'indépendance de la RD Congo, Joseph Kabila, le président congolais, a dénoncé "les ingérences étrangères intempestives et illicites" dans les affaires internes de son pays et a rappelé la nécessité pour les Congolais de se retrouver autour d'une table.

« 30 juin 1960-30 juin 2016. Cela fait exactement 56 ans depuis que nos pères de l’indépendance nous ont légué un bel héritage, celui d’un Congo affranchi de toute servitude de domination étrangère (…) ». Dès les premières secondes de son message à la nation, diffusé le 29 juin au soir, à la veille des festivités commémoratives de l’accession de la RD Congo à la souveraineté nationale et internationale, Joseph Kabila a donné le ton.

Dans le viseur du chef de l’État congolais : les puissances occidentales, États-Unis en tête, qui multiplient les pressions pour lui demander de quitter le pouvoir d’ici la fin de l’année, au terme de son second mandat constitutionnel. « Nous soutenons le premier passage pacifique et démocratique imminent du pouvoir » en RD Congo, indiquait mardi Barack Obama, le président américain, dans un message de vœux adressé à Joseph Kabila et dont Jeune Afrique avait pu consulter une copie.

Le Congo est un État souverain.

« Aujourd’hui encore, hélas!, certains parmi nous et autour de nous pensent que le 30 juin 1960 n’aura été qu’une date comme toutes les autres (…), en témoignent les ingérences étrangères intempestives et illicites dans les affaires de politique intérieure de notre pays », a rétorqué Joseph Kabila.

Et de rappeler que « le Congo est un État souverain, disposé à mener sans nul doute des partenariats constructifs et mutuellement avantageux avec tous les autres États dans le respect de nos peuples respectifs ». « Le credo de notre lutte demeure le respect du droit de notre peuple à s’autodéterminer », a souligné le président congolais.

Les ADF, bientôt éradiqués à Beni ?

Joseph Kabila a également appelé les Congolais à la « vigilance », soulignant que « les menaces à l’intégrité de notre territoire, à la stabilité de nos institutions ainsi qu’à la cohésion nationale demeurent persistantes et pressantes ».

Le président congolais a toutefois promis l’éradication des rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF) qui terrorisent une partie du territoire de Beni, dans l’est de la RD Congo.

Le dialogue, une « option irréversible »

Sur le plan politique, Joseph Kabila a soutenu que l’option d’un dialogue politique dans le pays est « irréversible » et a encouragé le facilitateur Edem Kodjo à « finaliser ses consultations en vue de l’ouverture rapide de ce forum ». Mais pour l’instant, l’opposition regroupée autour d’Étienne Tshisekedi pose plusieurs préalables et conditions avant de prendre part à des pourparlers avec le pouvoir.

En attendant, le chef de l’État se tourne vers la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) et l’encourage à poursuivre la relance du processus électoral. Joseph Kabila a enfin appelé les Congolais à participer massivement aux opérations d’enrôlement des électeurs à venir.

Trésor Kibangula via www.bondousa.org

Ce que Barack Obama a écrit à Joseph Kabila à l’occasion des festivités de l’indépendance de la RD Congo

Ce que Barack Obama a écrit à Joseph Kabila à l’occasion des festivités de l’indépendance de la RD Congo

 

Dans un message de vœux de Barack Obama adressé mardi au président Joseph Kabila à l'occasion du 56e anniversaire d'indépendance de la RDC et dont Jeune Afrique a pu consulter une copie, le président américain affirme soutenir "le premier passage pacifique et démocratique imminent du pouvoir" en RDC.

« Votre pays est sorti des ravages de la guerre et a atteint une stabilité et une prospérité accrues », souligne Barack Obama, mardi 28 juin, dans un message de vœux adressé à son homologue congolais Joseph Kabila à l’occasion du 56eanniversaire d’indépendance de la RD Congo qui sera célébré le 30 juin à Kindu, dans l’est du pays.

« Le peuple des États-Unis se joint à moi pour vous exprimer ainsi qu’au peuple de la RD Congo les meilleurs voeux (…) », écrit le président américain dans sa lettre dont Jeune Afrique a pu consulter mercredi une copie.

« Premier passage pacifique imminent du pouvoir »

« Nous sommes aux côtés du peuple de la RD Congo et nous soutenons le premier passage pacifique et démocratique imminent du pouvoir », ajoute-t-il.

Nous attendons avec impatience nos relations futures avec une RDC stable »

Barack Obama semble ainsi faire allusion à la fin du deuxième et dernier mandat constitutionnel du président congolais, le 19 décembre. Et, en état actuel de laConstitution du pays, Joseph Kabila ne peut plus se représenter pour un troisième mandat, offrant à la RD Congo la possibilité de connaître une première alternance pacifique de son histoire.

Alors que plusieurs signaux indiquent que la présidentielle prévue initialement le 27 novembre n’aura pas lieu dans les délais constitutionnels, Barack Obama insiste : « Nous attendons avec impatience nos relations futures avec une République démocratique du Congo stable, démocratique et prospère. » Qu’en pense Joseph Kabila ? Réponse sans doute lors de son message à la nation à l’occasion des festivités commémoratives de l’indépendance de la RD Congo.

Trésor Kibangula via www.bondousa.org

27/06/2016

Après le Cap-Vert et le Liberia, Michelle Obama fait escale au Maroc

Après le Cap-Vert et le Liberia, Michelle Obama fait escale au Maroc

Par - à Casablanca
 

Dans le cadre d'une tournée visant à promouvoir l'éducation des filles dans le monde, la première dame des États-Unis doit rencontrer mardi 28 juin des adolescentes marocaines à Marrakech.

Depuis quelques semaines déjà, les autorités du royaume en charge du tourisme et de la sécurité sont sur les dents. Il faut dire que Marrakech accueille une invitée très spéciale : Michelle Obama, première dame des États-Unis, atterrit ce lundi 27 juin dans la ville ocre, où elle doit séjourner dans le prestigieux hôtel Royal Mansour accompagnée de sa suite.

Car l’épouse de l’homme le plus puissant du monde n’est pas venue seule. Outre ses filles Sasha et Malia, les actrices Meryl Streep et Freida Pinto sont elles aussi du voyage.

Laissons les filles apprendre !

Avec ses invités, la première dame des États-Unis participera mardi 28 juin à un échange avec des adolescentes marocaines. Cette rencontre, qui sera animée par la présentatrice vedette de CNN Isha Sesay, sera axée sur les facteurs empêchant les jeunes filles marocaines de poursuivre leur scolarité. Une thématique qui s’inscrit dans le cadre de l’initiative « Let Girls Learn » lancée en 2015 par le couple Obama.

L’épouse de Barack Obama s’est d’ailleurs déjà livrée à cet exercice au Liberia, où elle a également rencontré aujourd’hui la présidente Ellen Johnson Sirleaf avant de rallier le Maroc. La tournée de Michelle Obama doit ensuite se poursuivre mercredi 29 juin à Madrid, où elle présentera son programme destiné à encourager les pays en voie de développement à instruire davantage les 62 millions de filles dans le monde qui ne vont pas à l’école.

Un taux d’abandon important dans l’enseignement secondaire

Au Maroc, la scolarisation des filles est au cœur des débats. Un récent rapport du ministère de l’Éducation nationale indique que le taux de décrochage scolaire est important chez cette catégorie d’élèves : dans l’enseignement secondaire, en 2014-2015, ce taux a été de plus de 12 %. Au niveau du primaire, en revanche, il a baissé de 3,2% à 2,9% entre 2012 et 2015.

Le soutien à la scolarisation est un pilier du Millenium Challenge Corporation (MCC), un programme mis en place en 2004 par le gouvernement américain afin de réduire la pauvreté dans le monde. Celui-ci a accordé au Maroc une enveloppe de 450 millions de dollars en avril 2016.

Fahd Iraqi