Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/07/2016

Grand meeting le 31 juillet 2016 à Kinshasa : Tshisekedi rend compte du Conclave de Bruxelles By lephare -

Grand meeting le 31 juillet 2016 à Kinshasa : Tshisekedi rend compte du Conclave de Bruxelles

 
 

tshisekediComme de tradition depuis qu’il se considère comme le vainqueur de l’élection présidentielle de novembre 2011, même si la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) avait donné un verdict qui le donnait perdant, Etienne Tshisekedi a adressé un message au peuple congolais à l’occasion du 56me anniversaire de l’indépendance. Il l’a fait, cette fois, dans sa peau de président du « Rassemblement pour la Défense des valeurs de la République», qui se veut le comité de suivi des résolutions de la conférence de l’Opposition tenue à Genval, près de Bruxelles, en Belgique, du 08 au 10 juin 2016.

C’est sous ce statut que  le président de l’UDPS annonce la tenue à Kinshasa, le dimanche 31 juillet 2016, d’un grand meeting de l’Opposition, au cours duquel il va rendre compte des travaux du Conclave de Bruxelles. C’est dire que son retour dans la capitale congolaise est imminent, après deux années passées en Belgique pour des raisons médicales.

S’agissant de son message du 30 juin, il a dressé un bilan négatif des 56 ans de l’indépendance, à cause de la succession des régimes de prédation, qui ont fait du bien-être collectif, le cadet de leurs soucis. Afin de permettre aux filles et fils de ce pays de jouir équitablement du patrimoine commun, il pense qu’il faut une nouvelle gouvernance au sommet de l’Etat, à obtenir à travers des élections démocratiques, transparentes et apaisées, dont la voie devrait être balisée à travers un dialogue inclusif, conforme à la Résolution 2277 du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Etienne Tshisekedi a rappelé, une fois de plus, que le combat des forces du changement, c’est l’avènement d’un Etat de droit en République Démocratique du Congo.

On a par ailleurs appris qu’en prévision du meeting du 31 juillet 2016, le Comité de suivi du Conclave de Bruxelles tient, ce lundi 04juillet 2016 à 12 h30, au Centre Culturel Boboto, dans la commune de la Gombe, son premier point de presse. Celui-ci sera animé par le modérateur du Conclave, Bruno Tshibala de l’UDPS.

Ci-dessous, le texte intégral du message d’Etienne Tshisekedi à la Nation.

Chers compatriotes,

A sa création lors de la Conférence de San Francisco, le 26 juin 1945, l’Organisation des Nations Unies proclama le «droit des peuples à disposer d’eux-mêmes», principe qui entraîna toute la dynamique de la décolonisation.

Notre pays n’échappa pas à la vague des indépendances qui déferla peu après sur le continent africain en accédant le 30 juin 1960 à la souverainet nationale et internationale.

            La profession de foi des Pères de notre indépendance a été de bâtir, dans la paix et la liberté, un Congo plus beau qu’avant, riche et prospère dans le concert des Nations.

            L’espoir que représentait le Congo pour toute l’Afrique a conduit le panafricaniste N’Krumah à déclarer le 25 mai 1963, à Addis-Abeba lors de la séance inaugurale de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), que les richesses du Congo sont à elle seules capables de nourrir toute l’Afrique et une partie de l’Europe.

            Les espoirs  aussi bien du peuple congolais que de l’Afrique seront déçus du fait de la succession à la tête du Congo des régimes oligarchiques corrompus, et particulièrement celui actuellement en place qui a érigé le pillage des ressources du pays, la prédation et autres antivaleurs en système de gouvernance, avec comme conséquence l’aggravation de la pauvreté, de la misère ainsi que la perte par les Congolais de leur dignité d’homme, ainsi que la crédiblité de notre pays dans le concert des Nations, ravalée au rang de république bananière.

 Chers compatriotes,

            L’Etat de droit démocratique, la justice, la bonne gouvernance et le bien-être collectif convenus d’un commun accord comme but, solution et condition du redressement et du développement de notre pays ayant été systématiquement méconnus et face à l’imminence d’un chaos généralisé, j’ai pris l’initiative de réunir du 08 au 10 juin derniers à Genval – Belgique, les forces politiques et sociales acquises au changement dans le cadre d’une conférence pour discuter et échanger entre patriotes sur la crise actuelle en vue de trouver les meilleurs moyens de la conjurer. Il s’agissait donc d’offrir au peuple congolais des perspectives nouvelles et un nouvel espoir.

Chers compatriotes,

            La Conférence de Genval a eu le mérite de sceller, dans une structure dénommée «Rassemblement pour la défense des valeurs de la République», l’unité des forces politiques et sociales acquises au changement autour des objectifs communs et de dégager un compromis sur la nécessité d’un processus électoral respectueux de la Constitution et des délais qu’elle fixe, d’oeuvrer à la mise en oeuvre intégrale de la Résolution 2277 du Conseil de Sécurité des Nations unies qui préconise entre autres un dialogue politique sous la modération du facilitateur international renforcé par un Panel des Représentants des Nations Unies, de l’Union Européenne, de l’Union Africaine, de l’Organisation Internationale de la Francophonie ainsi que des Etats-Unis d’Amérique.

            La Conférence de Genval a, en outre, exigé la descripation de l’espace politique qui implique la libération immédiate de tous les détenus politiques et d’opinion, des activistes des droits de l’homme et des journalistes, l’ouverture des médias, l’abandon de toutes sortes de tracasseries et de procédures judiciaires arbitraires à l’encontre des membres de l’Opposition et de la Société civile.

            Genval a aussi insisté sur la nécessité de l’examen de la question de l’organisation et du fonctionnement de la Commission Eletorale Nationale Indépendante «CENI» et de la Cour Constitutionnelle, présentement inféodées au pouvoir; examen sans lequel  une comédie d’enrôlement des élections ne sera tolérée.

            Par ailleurs, la Conférence de Genval a exigé la convocation du scrutin pour l’élection du Président de la République le 19 septembre de cette année conformément à l’article 73 de la Cinstitution, et, rejeter toute tentative de référendum pour modifier notre Constitution.

            Enfin, la Conférence de Genval a pris acte de la fin du règne par défi de Monsieur Kabila et salué son départ du pouvoir au mieux des cas le 20 décembre 2016.

Chers compatriotes,

            Le 30 juin 2016 que nous célébrons encore ce jour dans la souffrance et le dénuement est le tout dernier que nous commémorons sous un régime illégitime et antinomique aux droits humains. Monsieur Kabila et son gouvernement sont arrivés à leur point terminal. L’organisation dans les délais prescrits, des élections est une obligation constitutionnelle qui ne peut souffrir d’aucune interprétation. Chercher à fouler aux pieds notre Constitution dont ils ont été les principaux jouisseurs, est une haute trahison pour laquelle ils seront poursuivis par les juridictions nationales compétentes et neutres.

            Ce 30 juin 2016 doit, d’une part, marquer l’engagement et la résolution de notre peuple pour que plus jamais un tel pouvoir n’accède aux responsabilités dans notre pays et, d’autre part, amorcer une conjugaison des efforts, des énergies et des intelligences afin que prennent racine les valeurs de démocratie, de liberté, de solidarité et de l’alternance au pouvoir – sève de toute démocratie pluraliste – susceptible de nous conduire à la réalsation de notre rêve partagé de construire, au coeur de l’Afrique, une Nation forte et prospère.

            Il est temps de vous dire que la misère et l’asservissement ne sont pas une fatalité. Autant notre indépendance a été conquise de haute lutte, autant il est de notre devoir de combattre et de résister à toute forme de tyrannie et de dépotisme qui nous condamnent à l’obscurantisme de la pensée unique.

Chers compatriotes,

            Mon retour au pays ayant été reporté à plusieurs reprises pour besoin de lutte que je poursuis avec vous dans l’intéret du pays, je vous annonce que je regagne KInhasa très bientôt, pour que,  grâce au concours de tous, nous prenions non seulement notre destin en mains, mais aussi pour que nous ayions un processsus électoral non entaché d’irrégularités, de fraudes et des manoeuvres tendant à pérenniser le pouvoir actuel et ses hommes rejetés par notre peuple.

            De ce fait, je saisis cette occasion pour annoncer que  le Rassemblement des Forces Politiques et Sociales acquises au changement  tiendra un grand meeting le dimanche 31 juillet 2016, à Kinshasa.

Chers compatriotes,

            Notre pays est à la croisée des chemins. Le Congo se trouve à un tournant décisif.

            L’importance des enjeux exige de notre part la prise de bonnes décisions en vue de garantir un bel avenir à notre peuple longtemps meurtri.

            Chacune/chacun de nous est appelé à faire preuve d’un sens élevé de responsabilité et de patriotisme, et à bannir tout sectarisme pour privilégier l’intérêt du pays.

            Je me dois de remercier toutes les forces politiques et sociales  acquises au changement pour avoir répondu à mon invitation, et aussi pour le travail réalisé en deux jours. A cette même occasion, je lance un appel à tous les Congolais d’adhérer au Rassemblement trouvé à Genval en Belgique.

            Au moment où nous commémorons le 56ème anniversaire de l’accession de notre pays à l’indépendance, je forme le voeu de voir prendre définitivement fin l’aventurisme politique et de mobiliser toutes les énergies pour un Congo débout dans le renouveau démocratique et l’essor économique.

Vive la République,

Vive le Congo

Fait à Bruxelles, le 29 juin 2016

Etienne Tshisekedi wa

Mulumba

Président

Les commentaires sont fermés.