Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/07/2016

Tshisekedi met Kinshasa K.O.

Tshisekedi met Kinshasa K.O.

 

13880307_280210605679255_5527387812397964503_nLa tradition a été respectée hier mercredi 27 juillet 2016. Comme c’est le cas depuis l’époque de Mobutu, le retour d’Etienne Tshisekedi à Kinshasa, après deux années passées en Belgique, et plus précisément à Bruxelles, pour des raisons de santé mais aussi de marketing
politique, s’est transformé en un double carnaval : motorisé et pédestre. De mémoire de Kinois, on n’a jamais vu pareille mobilisation populaire.

Après une longue attente, entrecoupée d’une chaude alerte vers 13 heures, laquelle faisait état du détournement de son avion vers Brazzaville et de son blocage dans cet aéroport, pour des raisons non expliquées, cet aéronef, s’est finalement posé sur la piste de l’aéroport international de N’Djili à 14 heures 10. Il s’agissait donc d’une fausse alerte.

Alors que la quinzaine de personnes autorisées à l’accueillir sur le tarmac étaient en place et que la quarantaine d’autres installées au Salon d’honneur attendaient pour faire autant, Tshisekedi ne sortait toujours pas de l’avion. On s’est mis à spéculer sur son état de santé, d’autant plus qu’en décembre 1996, de retour de France, après une opération de la prostate, le président Mobutu s’était évanoui dans son avion, avant d’être réanimé par ses médecins traitants.

Hier à Ndjili  à la tête du Comité d’accueil, se trouvaient le Secrétaire général Bruno Mavungu, le Secrétaire général adjoint et porte-parole Bruno Tshibala, le Secrétaire national aux Relations extérieures, Félix Tshiskedi, etc. Il a fallu près d’une heure de flottementpour voir enfin apparaître Etienne Tshisekedi, accompagné de son épouse. Renseignement pris, son entourage a laissé entendre que le président de l’UDPS tenait à obtenir du commandant de la police ville de Kinshasa, le général Kanyama, des garanties que son cortège ne serait pas contraint à une « marche forcée », comme ce fut le cas lors de son retour à Kinshasa en novembre 2011, la veille de la fin de la campagne électorale pour la présidentielle et les législatives nationales, à son retour de Matadi.

C’est une fois assuré que son « bain de foule » ne serait pas perturbé, a-t-on appris, qu’il a daigné sortir de l’avion et recevoir les salutations de ses « alliés » du Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au Changement ». On a reconnu, dans ce groupe, les Mwando, Fayulu, Sessanga, Vuemba, Olenghankoy, Franck Diongo Ingele Ifoto, Clément Kanku, Lisanga, etc.
Le vieil opposant a marché quelques mètres en descendant de son jet
pour monter dans le véhicule apprêté pour  le conduire vers sa
résidence. Une manière pour le sphinx de Limete de montrer qu’il est
encore apte à continuer sa lutte pour l’avènement de la démocratie
dans son pays. Sorti de l’aérogare, Tshisekedi a communié avec
l’immense foule  qu’il attendait depuis le matin dans la concession
et les alentours de l’Aéroport  International de Ndjili.
« De ma mémoire de Kinois, je n’ai jamais vu une telle mobilisation
pour un homme », a témoigné un habitant  de Tshangu. De l’aéroport
jusqu’à sa résidence, le cortège du chef de file du « Rassemblement »
a progressé à la cadence lui imprimée par la foule à pieds. Par
conséquent, le parcours de Ndjili-aéro à Limete a duré 4 heures, soit
de 16 heures à 20 heures.
A pratiquement chaque « point chaud », le « Lider Maximo » était
obligé de s’arrêter pour saluer des milliers d’hommes, de femmes et
d’enfants massés le long de son parcours, pour  vivre en live son
retour au pays. La circulation était paralysée sur les huit bandes du
boulevard Lumumba, la foule ayant décidé de se déployer sur toute la
largeur de la route. Etiienne Tshisekedi a ainsi traversé, au pas de
tortue, le Camp Badara, Mikondo , Kingasani ya Suka , Pascal, Bitabe ,
Ndjili quartier 1, Pont Matete , Echangeur , Limete… acclamé au
passage  par des dizaines des milliers de Kinoises et Kinois.
C’est pratiquement à 20 heures qu’Etienne Tshisekedi  est arrivé dans
sa résidence de Limete, où l’attendait une foule compacte de
combattants et sympathisants qui n’avaient pas pu faire le déplacement
de L’aéroport de N’Djili. Plongés dans l’obscurité, ils avaient pris
la précaution de se munir de bougies allumées pour éclairer tout le
périmètre de sa résidence. Le décor était simplement féérique.
Tshisekedi  et  son épouse, Marthe Kasalu, ont retrouvé leur
résidence dans une ambiance de carnaval. Dehors, la foule ne cessait
de scander « Tshisekedi président !!!»,  un message qui avait valeur
de plébiscite pour que le vieil opposition puisse conduire la
Transition, au cas où l’élection présidentielle n’aurait pas lieu en
décembre 2016, avec pour mission principale d’organiser les élections
dans le délai constitutionnel.

Kinshasa, ville semi-morte

La capitale de la République Démocratique du Congo a présenté hier le
décor d’une ville semi « morte », avec des artères comme Poids Lourd,
30 Juin, Triomphal, Université, 24 novembre, Huileries, Kasa-Vubu…
offrant un trafic étrangement fluide alors que d’ordinaire, excepté
les week-end, elles connaissent d’interminables embouteillages. Les
commerces ont tourné au ralenti, la plupart de marchands et
d’acheteurs ayant choisi soit de se rendre à l’aéroport international
de N’Djili, soit de rester chez eux.
Craignant de vivre le calvaire du transport en commun, de nombreux
résidents de Kinkole, Nsele, Maluku, N’Djili, Kimbanseke, Masina,
Limete, Matete, Lemba, Limete, Kingabwa ont préféré ne pas sortir de
leurs communes. Il a été constaté les absences de nombreux
fonctionnaires et agents des sociétés tant publiques que privées de
leurs postes de travail.
Dès les premières heures de la matinée, tout Kinshasa a commencé à
vibrer au rythme des fanfares, sifflets, tambours, klaxons annonçant
les mouvements des foules vers l’aéroport international de Ndjili.
Partis de Ngaliema, Mont-Ngafula, Selembao, Bandal, Kintambo,
Ngiri-Ngiri, Makala, Bumbu, Ngaba, Lingwala, Kinshasa, Barumbu,
Kasa-Vubu, Limete, Matete, Lemba, etc. Des résidents des communes de
N’Djili, Masina et Kimbanseke, riverains du boulevard, se sont mis à
se positionner le long de cette voie à partir de 9 heures. Dès 10
heures, c’était le ballet des motos, voitures, taxi-bus, taxi-bus, bus
pris en location par les combattants de l’UDPS ou les militants des
partis alliés tels que le MSR, les Fonus, l’Ecide, le MPCR, etc. A
midi, le boulevard Lumumba était pratiquement bloqué par la foule.
Pour passer, il fallait recourir à l’assistance de la police.
Tout s’est terminé sans incident majeur. Le général Kanyama et ses
troupes de la Police Nationale Congolaise méritent d’être félicités
pour le professionnalisme dont ils ont fait montre.     Eric Wemba

Les commentaires sont fermés.