Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/08/2016

Dialogue : Franck Diongo réaffirme les préalables du « Rassemblement »

Dialogue : Franck Diongo réaffirme les préalables du « Rassemblement »

 
 
Franck-DIONGOUne délégation de l’Alternance pour la République (AR), conduite par son vice-président, Franck Diongo, s’est entretenue le vendredi 5 août 2016 avec le Groupe de Soutien à la Facilitation du dialogue. Accompagné de Philipe Evoloko et MoïseMoni Dela, il a tenu à réaffirmer au  Groupe de Soutien à la Facilitation composée de Saïd Djinnit, Envoyé Spécial du Secrétaire Général de l’ONU pour la région des Grands Lacs, Maman Sidikou, Représentant Spécial du SG des Nations Unis et patron de la Monusco ainsi que des représentants de l’OIF, de l’UE, de l’UA et de l’OIF, les préalables du « Rassemblement », dont son groupement politique est membre.
 
Parmi ces préalables, il a cité la libération des prisonniers politiques et d’opinions, l’arrêt des poursuites judiciaires contre Moïse Katumbi, la réouverture des médias proches de l’opposition, l’accès aux médias publics par toutes les sensibilités politiques, etc.
 
Parlant de la crise politique actuelle, Franck Diongo a accusé le Président de la République et sa famille politique de l’entretenir artificiellement, dans le but de pérenniser son pouvoir. Dans la foulée, le vice-président de l’Alternance pour la République a rappelé à ses interlocuteurs la particularité de la Constitution congolaise, fruit d’un compromis politique obtenu au terme du Dialogue Intercongolais, à Sun City, en Afrique du Sud (2002-2003).
« Nous avons démontré l’urgence de l’élection présidentielle dans le délai constitutionnel », a-t-il indiqué. « Nous sommes déterminés à faire respecter la Constitution de notre pays, car nous sommes du côté de la légalité », a souligné Franck Diongo.
Le président du MLP, qui s’oppose au dialogue convoqué par l’ordonnance présidentielle de novembre 2015, a insisté sur la clarification du cadre juridique de ce forum qui, selon les membres de l’Alternance pour la République, reste la Résolution 2277 du Conseil de Sécurité des Nations Unies.
            Par ailleurs, il a réitéré la récusation d’Edem Kodjo comme facilitateur du dialogue politique congolais par le « Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au Changement ». Selon lui, l’Alternance pour la République avait obtenu, avant de se rendre au siège de la Facilitation à Kinshasa, la non participation de l’ancien premier ministre togolais dans leurs échanges avec le Groupe de Soutien.
            Le vice-président de l’AR a également renouvelé la requête du « Rassemblement » de voir le « Groupe de Soutien » se transformer en Comité préparatoire du dialogue. Par conséquent, le Comité préparatoire mis dernièrement en place par Edem Kodjo est inopportun.
            Franck Diongo a  souligné que sa plateforme est restée solidaire avec le « Rassemblement » quant à sa position de ne participer au dialogue que si tous les préalables sont remplis et que si Edem Kodjo est remplacé par un Facilitateur réellement neutre et indépendant.
ERIC WEMBA