Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/07/2017

LE GENOCIDAIRE ALIAS JOSEPH KABILA REPOND A FELIX TSHISEKEDI. CE DERNIER PROMET LA GUERRE AU PEUPLE CONGOLAIS EN CAS D'UNE INSURRECTION POPULAIRE. URGENT !

FLASH+ALERTE GENERAL !

LE GENOCIDAIRE ALIAS JOSEPH KABILA REPOND A FELIX TSHISEKEDI.
CE DERNIER PROMET LA GUERRE AU PEUPLE CONGOLAIS EN CAS D'UNE INSURRECTION POPULAIRE.

URGENT !

LE PRECESSUS ELECTORAL PRIS EN OTAGE :Le processus électoral pris en otage :

Congo-Kinshasa : «Kabila» et ses sbires sur pied de « guerre »

"Joseph Kabila" et ses "généraux" 
Les déclarations tenues, vendredi 7 juillet, à Paris, par le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), selon lesquelles les élections ne pourraient être organisées en décembre prochain ont provoqué une levée de boucliers dans les milieux de l’opposition. Comme pour répondre à Félix Tshisekedi Tshilombo, président du Rassemblement, qui a lancé mardi 11 juillet l’idée d’une « transition de six mois sans Kabila», des sources bien informées indiquent que « Joseph Kabila » et ses « jusqu’au-boutistes » - convaincus que le communauté internationale n’enverra jamais des troupes au Congo - auraient pris des « dispositions » pour affronter «la rue».

Dire que la situation est tendue dans la capitale congolaise relève d’une lapalissade. Des voyageurs en provenance de cette mégalopole ne disent pas autre chose. «Désormais, tout pourrait arriver surtout le pire...», disent-ils quasiment en chœur.

Mardi 11 juillet, l’Administration américaine a menacé d’infliger des sanctions ciblées à des dirigeants congolais suite au report sine die de l’élection présidentielle et des législatives. « Cette annonce a provoqué le même effet que celui produit par les gouttes d’eau qui glissent sur les plumes d’un canard », ricane une source sécuritaire.

Tout en ne niant pas qu’il règne une "ambiance de fin de règne", notre interlocutrice est formelle : « Le président Joseph Kabila est décidé à se battre pour garder le pouvoir. Il a mis ses meilleures troupes en alerte». Et d’ajouter : «A force de pratiquer le monde occidental, le raïs a acquis la conviction que la communauté internationale n’enverra pas des soldats à Kinshasa ».

Selon certaines indiscrétions, tout en étant décidé à jouer leur va-tout, « Kabila » et sa fratrie auraient d’ores et déjà pris soin de mettre en « lieu sûr » des biens mobiliers dont des sacs remplis de devises étrangères. Les émirats arabes seraient la destination de prédilection pour planquer ces avoirs. On apprenait que le palais de marbre a été vidé de son contenu. Il en serait de même des concessions situées au lieu dit "Golf" sur la route de Matadi.

« Les élections auront bel et bien lieu »

A Paris, le président de la CENI a versé, vendredi 7 juillet, de l’huile sur un feu qui couvait depuis l’échec de l’application « globale et de bonne foi » de l’Accord de la Saint Sylvestre.

Dans une interview diffusée mardi 11 juillet par RFI, Norbert Nangaa a égrené un chapelet de prétextes pour justifier l’injustifiable. A savoir, le report des élections. Outre l’insécurité dans le « Grand Kasaï », la non-adoption de la loi portant répartition de sièges, le président de la CENI a eu ces mots : « La CENI n’est pas seule dans ce processus. Nous avons besoin de garanties du gouvernement que le financement sera là ».

Pendant que le pouvoir clame l’impécuniosité de l’Etat pour retarder les consultations politiques, « Joseph Kabila », lui, continue à se comporter en prodigue. De passage au Maniema, il a décidé de sponsoriser le droit d’entrée au stade de Kindu lors de la finale de la coupe du Congo. A Kisangani, il a lancé les travaux de "modernisation" de l’aérogare de l’aéroport de Bangboka. Sans appel d’offres.

A en croire Nangaa, l’enrôlement des électeurs dans le "Grand Kasaï" devrait débuter au mois d’août. Durée de l’opération : trois mois. Un calcul mental rapide nous amène au mois de novembre. Pendant ce temps, « Kabila » continue à déclarer, tel un charmeur de serpents, que « les élections auront bel et bien lieu ». Quand? Pas un mot.

L’heure de vérité

De passage à Kisangani, l’éternel Président sortant a «réitéré» aux chefs des confessions religieuses venus le rencontrer son «engagement pour l’organisation des élections apaisées, transparentes, crédibles et dont les résultats seront opposables à tous». C’était le vendredi 7 juillet.

Depuis 2015, « Kabila » n’a pas cessé de clamer que « la démocratie nous coûte cher ». Il avait même proposé que les Congolais inventent un « mode de scrutin authentique ». Lors des présidentielle de 2006 et 2011, l’homme était bien content du suffrage universel direct en vigueur pour l’élection du premier magistrat du pays.

Selon une source kinoise - moins alarmiste ? - « Kabila » serait en quête d’un « troisième dialogue ». L’objectif serait de concilier l’Accord conclu sous l’égide du facilitateur Edem Kodjo et celui obtenu sous la médiation des évêques.

Porte-parole de l’UDPS, Augustin Kabuya a prévenu sur les ondes de RFI que son parti n’était pas demandeur d’un nouveau dialogue. Mardi 11, Félix Tshisekedi Tshilombo n’a pas dit autre chose en lançant l’idée d’une « transition de six mois sans Kabila». Et ce en cas d’impossibilité de la tenue des élections en décembre.

En attendant une nième médiation de la « communauté internationale », 
«Kabila» et ses partisans seraient déjà sur pied de guerre. Ils prépareraient une «riposte vigoureuse». On semble se rapprocher de l’heure de vérité.

Dans le camp kabiliste, on suspecte le Rassemblement des forces de l’opposition de préparer « le renversement du régime constitutionnel ». Interdiction de rire.

Questions : « Joseph Kabila » est-il fondé de se prévaloir d’un quelconque caractère constitutionnel du régime qu’il incarne alors que son mandat…constitutionnel a expiré depuis le 19 décembre 2016 ? Devrait-on donner raison aux évêques de la CENCO (Conférence épiscopale nationale du Congo) qui ont écrit noir sur blanc dans leur message daté du 23 juin qu’"une minorité de concitoyens a décidé de prendre en otage la vie des millions de Congolais"?

Baudouin Amba Wetshi 
© Congoind�pendant 2003-2017

Image may contain: 1 person, closeup
Image may contain: one or more people, people standing and outdoor
 
 
 
 

Écrire un commentaire