Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/12/2017

La revue de presse de ce lundi 04 December 2017

La revue de presse de ce lundi 04 December 2017   

 
Sous l’initiative du président de l’Assemblée nationale,  des députés de l’opposition et de la Majorité se sont concertés dimanche pour aplanir leurs divergences sur des questions qui les divisent autour du projet de loi électorale en examen depuis quelques jours à l’hémicycle.

Les journaux de Kinshasa parus lundi 4 décembre reviennent largement sur cette réunion autour de la loi électorale.

D’après La Prospérité, les deux camps ont tenté mais en vain au cours de cette réunion de dimanche d’en venir à bout de réticences et des convictions des députés de l’opposition. Ces derniers sont partis de cette rencontre sans qu’ils n’aient donné leur quitus aux propositions avancées par la Majorité, fait savoir le quotidien.

La veille, rappelle le journal, les députés de l’opposition avaient claqué la porte de l’hémicycle de l’Assemblée nationale «très fâchés». Ils ne voulaient pas soutenir certaines dispositions contenues dans cette loi sous examen dont le seuil de représentativité,  la machine à voter et la caution jugée élevée, explique le confrère.

Le quotidien estime que les députés de l’opposition qui préfèrent adopter la politique de la chaise vide dans ce débat plantent eux-mêmes le décor du glissement. Le journal prévient en effet que tout retard dans l’examen et adoption de la loi électorale peut, à elle seule, bloquer l’essentiel de l’arsenal juridique nécessaire à la tenue des élections apaisées en 2018 en  RDC.

Une inquiétude relayée par Forum des As qui dénonce des manœuvres qui ont le triste mérite de contrarier l’agenda de l’Assemblée nationale par rapport aux contraintes légales.

Le journal fait remarquer que l’accomplissement du chronogramme de la CENI dépend de l’évacuation de différentes contraintes dont celles dites «légales» qui relèvent du Parlement. Et parmi ces contraintes légales, précise le quotidien, figure le projet de révision de la loi électorale actuellement sous examen, un texte qui doit être voté au plus vite pour permettre à la CENI de disposer du matériau légal, souligne le tabloïd.

Une lueur d’espoir semble cependant se profiler à l'horizon face à cette impasse au tour de l’adoption du projet de loi électorale. A en croire L’Avenir,  une nouvelle réunion spéciale est prévue ce lundi 4 décembre 2017 entre les députés de l’opposition et de la Majorité pour trouver un compromis autour des questions qui fâchent.

Si tout va bien, pense le quotidien, le vote de cette loi importante interviendra  probablement  dans l’après-midi de ce lundi,  afin de doter la CENI d’un texte très capital pour l’organisation des élections.

Le Potentiel de son côté dénonce «une loi électorale proposée par le gouvernement pour exclure intentionnellement Moïse Katumbi de la course à la présidentielle».

Le quotidien s’appuie sur les analyses du député national de l’opposition Toussaint Alonga, membre de la commission politique, administrative et juridique (PAJ) de l’Assemblée nationale. Au cours d’un point de presse organisé dimanche à Kinshasa, l’élu a estimé que la nouvelle loi électorale exclut considérablement d’autres acteurs politiques nationaux majeurs en s’appuyant sur la situation pénale des acteurs politiques, rapporte le quotidien.

Pour l’opposant, poursuit le tabloïd, cette disposition contenue dans le nouveau projet de loi électorale est aux antipodes de l’article 110 de la Constitution alinéa 8 qui subordonne l’exclusion à l’élection à "l’existence d’une condamnation d’un acteur politique pour une infraction intentionnelle".  

 Le Phare fait savoir que Le Rassemblement de l’opposition rejette cette nouvelle loi électorale. Invité dimanche à une réunion de l’Alternance pour la  République (AR) et après avoir pris actes des analyses critiques du président de l’Alternance pour la République, Delly Sesanga contre la loi nouvelle loi électorale , le président du Rassemblement Félix Tshisekedi a en effet, annoncé une nouvelle marche pacifique le 19 décembre 2017 pour exiger le rejet de cette nouvelle loi électorale mais également contrer les dérives du pouvoir en place, lit-on dans les colonnes du quotidien.

 

(  ro , )



Écrire un commentaire