Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/12/2015

Burundi: les Affaires étrangères belges réclament une enquête "immédiate et indépendante"

 

Burundi: les Affaires étrangères belges réclament une enquête "immédiate et indépendante"

BELGA Publié le - Mis à jour le

INTERNATIONAL

 

 

Les Affaires étrangères belges réclament samedi soir la mise en place d'une enquête "immédiate et indépendante" après les affrontements et attaques qui ont fait au moins 87 morts à Bujumbura, capitale du Burundi. "La Belgique est très préoccupée par la violence au Burundi, et particulièrement par les informations faisant état d'exécutions extrajudiciaires", ont tweeté les Affaires étrangères. "Nous appelons à nouveau à l'arrêt immédiat de la violence. La Belgique appelle à une enquête immédiate et indépendante sur les crimes commis".

Vendredi, le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders avait conseillé aux Belges résidant au Burundi de rester chez eux en raison des tensions qui agitent le pays.

Quatre-vingt sept personnes, 79 rebelles et 8 membres des forces de sécurité ont été tués vendredi pendant et après les attaques coordonnées de trois camps militaires au Burundi, a déclaré samedi l'armée burundaise.

 

 

 
 

27/11/2015

RDC : l’église catholique appelle à « la vigilance » face au régime de Kabila

RDC : l’église catholique appelle à « la vigilance » face au régime de Kabila

Par Jeune Afrique
 

La conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), a appelé le président de la RDC Joseph Kabila à respecter la Constitution en vue de l'élection présidentielle de 2016 dans un message intitulé "Faudrait-il encore que le sang coule en RD Congo ?"

« Malgré notre message, en janvier 2015 le sang a encore coulé suite à la tentative de contourner les dispositions constitutionnelles. Il faut arrêter de faire couler le sang », a déclaré jeudi 26 novembre, la conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), dans un communiqué publié mardi au nom de son comité permanent, réuni les 23 et 24 novembre à Kinshasa. L’Église catholique,ouvertement opposée au prolongement du mandat du président Joseph Kabila, y appelle au respect de la Constitution et à « la tenue des élections libres et transparentes dans les délais constitutionnels ».

Appel à « vigilance dans l’esprit de l’article 64 »

Si la Cenco dit reconnaître « les efforts consentis par le gouvernement pour la démocratisation du pays », elle met en garde les autorités : « Nous sommes peinés de constater que l’approche des échéances électorales amène encore son lot de restrictions des libertés individuelles. (…) La démocratie ne doit pas être un simple slogan, mais plutôt une culture et l’alternance en est une expression », poursuit le communiqué.

Un message qui illustre la vive préoccupation de l’Église catholique congolaise. Preuve de son inquiétude, elle appelle même le peuple congolais à la « vigilance dans l’esprit de l’article 64 ». Ce dernier prévoit que « Tout congolais a le devoir de faire échec à tout individu ou tout groupe d’individus qui prend le pouvoir par la force ou qui l’exerce en violation des dispositions de la présente Constitution ». Le gouvernement a réagi simplement en exprimant sa « déception » devant cette nouvelle mise en garde, extrêmement ferme, de l’Église catholique.

RDC : l’église catholique appelle à « la vigilance » face au régime de Kabila

RDC : l’église catholique appelle à « la vigilance » face au régime de Kabila

Par Jeune Afrique
 

La conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), a appelé le président de la RDC Joseph Kabila à respecter la Constitution en vue de l'élection présidentielle de 2016 dans un message intitulé "Faudrait-il encore que le sang coule en RD Congo ?"

« Malgré notre message, en janvier 2015 le sang a encore coulé suite à la tentative de contourner les dispositions constitutionnelles. Il faut arrêter de faire couler le sang », a déclaré jeudi 26 novembre, la conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), dans un communiqué publié mardi au nom de son comité permanent, réuni les 23 et 24 novembre à Kinshasa. L’Église catholique,ouvertement opposée au prolongement du mandat du président Joseph Kabila, y appelle au respect de la Constitution et à « la tenue des élections libres et transparentes dans les délais constitutionnels ».

Appel à « vigilance dans l’esprit de l’article 64 »

Si la Cenco dit reconnaître « les efforts consentis par le gouvernement pour la démocratisation du pays », elle met en garde les autorités : « Nous sommes peinés de constater que l’approche des échéances électorales amène encore son lot de restrictions des libertés individuelles. (…) La démocratie ne doit pas être un simple slogan, mais plutôt une culture et l’alternance en est une expression », poursuit le communiqué.

Un message qui illustre la vive préoccupation de l’Église catholique congolaise. Preuve de son inquiétude, elle appelle même le peuple congolais à la « vigilance dans l’esprit de l’article 64 ». Ce dernier prévoit que « Tout congolais a le devoir de faire échec à tout individu ou tout groupe d’individus qui prend le pouvoir par la force ou qui l’exerce en violation des dispositions de la présente Constitution ». Le gouvernement a réagi simplement en exprimant sa « déception » devant cette nouvelle mise en garde, extrêmement ferme, de l’Église catholique.