Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/11/2015

RDC : dans l’Univers de Patient Ligodi

RDC : dans l’Univers de Patient Ligodi

Par - envoyé spécial

Avec sa radio branchée musique, sports et événements, le journaliste kinois a trouvé son public : les jeunes. Et les annonceurs ont suivi…

«Ne le lancez pas sur le sujet de l’audiovisuel, il devient rapidement intarissable. C’est son domaine de prédilection, il y est comme un poisson dans l’eau », avertit un ami de longue date de Patient Ligodi, entrepreneur congolais de 31 ans. Celui que certains de ses proches ont affectueusement surnommé le gourou est désormais directeur général d’Univers FM, une « radio 100 % musique, sports et events », comme le souligne l’un des jingles de la station qu’il a créée.

Patient Ligodi en rêvait depuis qu’il avait franchi les portes de l’Institut facultaire des sciences de l’information et de la communication (Ifasic) de Kinshasa. « J’avais déjà ficelé la grille de programmes de ma radio alors que je n’avais pas réuni les moyens financiers nécessaires pour la monter », confie-t-il aujourd’hui.

Rien ne prédestinait pourtant le jeune Kinois à l’entrepreneuriat. Son père, agent à la Régie des voies aériennes (RVA), voulait que l’aîné de ses sept enfants suive ses traces. Au début, le petit Patient a joué le jeu. Il a décroché un diplôme d’État (niveau équivalent du baccalauréat) en aviation civile. Mais au moment d’embrasser des études universitaires, il s’est brouillé avec son père. « Pour lui prouver que j’étais devenu un homme, j’ai quitté la maison pendant une semaine et, pis, j’ai choisi de m’inscrire à l’Ifasic pour devenir journaliste », se souvient-il. Une pilule difficile à avaler pour son paternel. « Il avait tout sacrifié pour ma scolarité et celle de mes frères et sœurs », reconnaît Patient Ligodi.

Encore étudiant, il enchaîne alors les petits boulots pour rassembler des fonds, mais aussi pour acquérir de l’expérience. D’abord comme présentateur de journal dans une radio locale nouvellement créée, puis comme rédacteur, notamment pour le site Africa News RDC et la radio Top Congo FM, où il croise « les grands journalistes du pays ». Après cinq années passées dans les rédactions et une fois obtenue sa licence en communications sociales à l’Ifasic, il travaille comme coordonnateur de recherche pour l’ONG Journaliste en danger (JED), puis comme assistant chargé de la communication à Médecins sans frontières (MSF) en RD Congo et, enfin, coordinateur des radios partenaires à la Fondation Hirondelle. « Je suis ambitieux, clame-t-il, affranchi de toute fausse modestie. Lorsqu’il faut poursuivre mes objectifs, rien ne m’arrête. »

La naissance d’Univers FM

Grâce à ces multiples activités, Patient Ligodi parvient à rassembler les fonds nécessaires à la réalisation de son rêve d’étudiant. « J’aurais pu m’acheter une maison à Kinshasa, mais j’ai choisi de me lancer dans l’entrepreneuriat », raconte-t-il en savourant une glace au chocolat, l’un de ses péchés mignons. « Je voulais aussi démontrer qu’il est possible de créer une radio en RD Congo sans bénéficier du parrainage d’un homme politique ou d’un pasteur », tient-il à préciser.

Il faut savoir rassembler un peu de créativité et d’innovation, tout en appliquant les règles classiques du management, explique Patient Ligodi

C’est ainsi qu’Univers FM est née et a commencé à émettre en avril 2014, à Kinshasa, dans le Bas-Congo et à Brazzaville. Son business model a été adapté aux réalités locales et conçu pour toucher les annonceurs. « Il faut savoir rassembler un peu de créativité et d’innovation, tout en appliquant les règles classiques du management, explique Patient Ligodi. Nous avons d’abord identifié les principaux investisseurs publicitaires dans le secteur audiovisuel congolais, à savoir les télécoms, les brasseurs, les banques et les entreprises de grande consommation. Ensuite, nous nous sommes penchés sur la cible qui les intéresse, c’est-à-dire les jeunes, les 15-35 ans, afin de leur proposer des contenus qui leur conviennent. »

Cette démarche était essentielle dans un environnement audiovisuel congolais surchargé (il n’y a plus de fréquences disponibles en FM) et où, pour exister, il faut se distinguer des autres radios. Un an et demi après son lancement, Univers FM semble avoir trouvé sa voie et ses auditeurs. « Nous développons une stratégie de niches, reprend Patient Ligodi. Nous nous approprions les domaines qui ne sont pas couverts, ou mal couverts, par les autres médias. » La radio s’est ainsi concentrée sur trois thèmes : le sport, la musique et l’événementiel.

Totalement foot, avec son before et son after encadrant chaque rencontre sportive, est rapidement devenue l’émission phare sur 94.7 FM

Dès son lancement, Univers FM a diffusé en direct les matchs de l’Entente provinciale de football de Kinshasa (EPFKIN). Un championnat local dont la couverture n’intéressait plus les autres chaînes de la capitale depuis plusieurs années. Totalement foot, avec son before et son after encadrant chaque rencontre sportive, est rapidement devenue l’émission phare sur 94.7 FM. « Nous avons réussi à fidéliser les auditeurs et à créer une communauté grâce à une heure de libre antenne sportive – une première en RD Congo ! – où des supporters viennent jouer aux coachs avant le match de leur club, en proposant par exemple les onze joueurs à aligner au départ. Après la rencontre, ils reviennent discuter en direct sur ce qui a marché, ou pas, pendant le match », commente Patient Ligodi.

De la musique et des évènements culturels au programme

La radio se démarque également côté musique. Pas de place pour les succès d’antan, les « Tango ya ba Wendo » (nom donné, à Kinshasa, aux années 1940-1950, au cours desquelles a triomphé Wendo, l’un des pionniers de la rumba zaïroise) sont bannis de l’antenne. « Sauf événement exceptionnel, sourit Patient Ligodi. Par exemple, à l’occasion de l’anniversaire de sa mort, mi-octobre, nous diffusons tout de même le top 10 des chansons de Franco » (Franco Luambo Makiadi, du célèbre OK Jazz). À part ce type d’exception, l’horloge musicale d’Univers FM mise sur une programmation très jeune et diversifiée, alternant afro-pop, ndombolo, rumba congolaise, rap et R’n’B, avec un « choix arbitraire », mais assumé, de ne diffuser que des tubes sortis ces cinq dernières années.

Univers FM a également développé des activités dans le secteur de l’événementiel, ce qui lui permet aussi de générer plus de bénéfices. Profitant du fait qu’aucune radio kinoise ne retransmettait jusqu’alors d’événements culturels en direct, la radio de la renaissance, comme la surnomment les Kinois, s’est fait fort de les couvrir, tout en intégrant cette couverture à son modèle économique. Moyennant finances, elle propose à certains artistes de programmer tout ou partie de leurs concerts en live sur son antenne.

La radio est aussi devenue productrice d’événements culturels. Son prochain grand concert ? LeBest of Papa Wemba, spectacle prévu en décembre dans la salle Maman-Angebi

Univers FM a notamment été la seule radio à diffuser en exclusivité mondiale, en direct et en intégralité le concert-événement des vingt ans de carrière de Lokua Kanza, en 2014, ainsi que la neuvième édition du festival international Jazzkiff, qui s’est déroulée en juin à Kinshasa. Mieux, la radio est aussi devenue productrice d’événements culturels. Son prochain grand concert ? Le Best of Papa Wemba, spectacle prévu en décembre dans la salle Maman-Angebi de la Radio-Télévision nationale congolaise (RTNC), à Kinshasa.

Patient Ligodi a choisi d’être sur tous les fronts, et il a su bien s’entourer pour parvenir à ses fins. « Je travaille avec une bande de copains, des amis qui possèdent pour la plupart un solide bagage professionnel », reconnaît-il. Beaucoup ont été débauchés de grands médias du pays. « Ils y restaient parce que nous n’avions pas encore notre radio, ajoute-t-il, mais ils n’ont pas hésité à me rejoindre dès que je me suis lancé dans cette aventure. »

Le patron d’Univers FM dirige par ailleurs les Ateliers de journalisme de Kinshasa (AJK), un cabinet qu’il a créé en 2013, spécialisé dans les formations aux métiers de l’information et au management des médias audiovisuels. Il travaille aussi à l’organisation dans la capitale congolaise du premier salon de l’audiovisuel en Afrique centrale (qu’il espère pouvoir programmer très prochainement) et compte implanter sa radio à Matadi, à Goma et à Lubumbashi dans les trois ans à venir.

Trésor Kibangula
 
 

 

RDC : dans l’Univers de Patient Ligodi

RDC : dans l’Univers de Patient Ligodi

Par - envoyé spécial

Avec sa radio branchée musique, sports et événements, le journaliste kinois a trouvé son public : les jeunes. Et les annonceurs ont suivi…

«Ne le lancez pas sur le sujet de l’audiovisuel, il devient rapidement intarissable. C’est son domaine de prédilection, il y est comme un poisson dans l’eau », avertit un ami de longue date de Patient Ligodi, entrepreneur congolais de 31 ans. Celui que certains de ses proches ont affectueusement surnommé le gourou est désormais directeur général d’Univers FM, une « radio 100 % musique, sports et events », comme le souligne l’un des jingles de la station qu’il a créée.

Patient Ligodi en rêvait depuis qu’il avait franchi les portes de l’Institut facultaire des sciences de l’information et de la communication (Ifasic) de Kinshasa. « J’avais déjà ficelé la grille de programmes de ma radio alors que je n’avais pas réuni les moyens financiers nécessaires pour la monter », confie-t-il aujourd’hui.

Rien ne prédestinait pourtant le jeune Kinois à l’entrepreneuriat. Son père, agent à la Régie des voies aériennes (RVA), voulait que l’aîné de ses sept enfants suive ses traces. Au début, le petit Patient a joué le jeu. Il a décroché un diplôme d’État (niveau équivalent du baccalauréat) en aviation civile. Mais au moment d’embrasser des études universitaires, il s’est brouillé avec son père. « Pour lui prouver que j’étais devenu un homme, j’ai quitté la maison pendant une semaine et, pis, j’ai choisi de m’inscrire à l’Ifasic pour devenir journaliste », se souvient-il. Une pilule difficile à avaler pour son paternel. « Il avait tout sacrifié pour ma scolarité et celle de mes frères et sœurs », reconnaît Patient Ligodi.

Encore étudiant, il enchaîne alors les petits boulots pour rassembler des fonds, mais aussi pour acquérir de l’expérience. D’abord comme présentateur de journal dans une radio locale nouvellement créée, puis comme rédacteur, notamment pour le site Africa News RDC et la radio Top Congo FM, où il croise « les grands journalistes du pays ». Après cinq années passées dans les rédactions et une fois obtenue sa licence en communications sociales à l’Ifasic, il travaille comme coordonnateur de recherche pour l’ONG Journaliste en danger (JED), puis comme assistant chargé de la communication à Médecins sans frontières (MSF) en RD Congo et, enfin, coordinateur des radios partenaires à la Fondation Hirondelle. « Je suis ambitieux, clame-t-il, affranchi de toute fausse modestie. Lorsqu’il faut poursuivre mes objectifs, rien ne m’arrête. »

La naissance d’Univers FM

Grâce à ces multiples activités, Patient Ligodi parvient à rassembler les fonds nécessaires à la réalisation de son rêve d’étudiant. « J’aurais pu m’acheter une maison à Kinshasa, mais j’ai choisi de me lancer dans l’entrepreneuriat », raconte-t-il en savourant une glace au chocolat, l’un de ses péchés mignons. « Je voulais aussi démontrer qu’il est possible de créer une radio en RD Congo sans bénéficier du parrainage d’un homme politique ou d’un pasteur », tient-il à préciser.

Il faut savoir rassembler un peu de créativité et d’innovation, tout en appliquant les règles classiques du management, explique Patient Ligodi

C’est ainsi qu’Univers FM est née et a commencé à émettre en avril 2014, à Kinshasa, dans le Bas-Congo et à Brazzaville. Son business model a été adapté aux réalités locales et conçu pour toucher les annonceurs. « Il faut savoir rassembler un peu de créativité et d’innovation, tout en appliquant les règles classiques du management, explique Patient Ligodi. Nous avons d’abord identifié les principaux investisseurs publicitaires dans le secteur audiovisuel congolais, à savoir les télécoms, les brasseurs, les banques et les entreprises de grande consommation. Ensuite, nous nous sommes penchés sur la cible qui les intéresse, c’est-à-dire les jeunes, les 15-35 ans, afin de leur proposer des contenus qui leur conviennent. »

Cette démarche était essentielle dans un environnement audiovisuel congolais surchargé (il n’y a plus de fréquences disponibles en FM) et où, pour exister, il faut se distinguer des autres radios. Un an et demi après son lancement, Univers FM semble avoir trouvé sa voie et ses auditeurs. « Nous développons une stratégie de niches, reprend Patient Ligodi. Nous nous approprions les domaines qui ne sont pas couverts, ou mal couverts, par les autres médias. » La radio s’est ainsi concentrée sur trois thèmes : le sport, la musique et l’événementiel.

Totalement foot, avec son before et son after encadrant chaque rencontre sportive, est rapidement devenue l’émission phare sur 94.7 FM

Dès son lancement, Univers FM a diffusé en direct les matchs de l’Entente provinciale de football de Kinshasa (EPFKIN). Un championnat local dont la couverture n’intéressait plus les autres chaînes de la capitale depuis plusieurs années. Totalement foot, avec son before et son after encadrant chaque rencontre sportive, est rapidement devenue l’émission phare sur 94.7 FM. « Nous avons réussi à fidéliser les auditeurs et à créer une communauté grâce à une heure de libre antenne sportive – une première en RD Congo ! – où des supporters viennent jouer aux coachs avant le match de leur club, en proposant par exemple les onze joueurs à aligner au départ. Après la rencontre, ils reviennent discuter en direct sur ce qui a marché, ou pas, pendant le match », commente Patient Ligodi.

De la musique et des évènements culturels au programme

La radio se démarque également côté musique. Pas de place pour les succès d’antan, les « Tango ya ba Wendo » (nom donné, à Kinshasa, aux années 1940-1950, au cours desquelles a triomphé Wendo, l’un des pionniers de la rumba zaïroise) sont bannis de l’antenne. « Sauf événement exceptionnel, sourit Patient Ligodi. Par exemple, à l’occasion de l’anniversaire de sa mort, mi-octobre, nous diffusons tout de même le top 10 des chansons de Franco » (Franco Luambo Makiadi, du célèbre OK Jazz). À part ce type d’exception, l’horloge musicale d’Univers FM mise sur une programmation très jeune et diversifiée, alternant afro-pop, ndombolo, rumba congolaise, rap et R’n’B, avec un « choix arbitraire », mais assumé, de ne diffuser que des tubes sortis ces cinq dernières années.

Univers FM a également développé des activités dans le secteur de l’événementiel, ce qui lui permet aussi de générer plus de bénéfices. Profitant du fait qu’aucune radio kinoise ne retransmettait jusqu’alors d’événements culturels en direct, la radio de la renaissance, comme la surnomment les Kinois, s’est fait fort de les couvrir, tout en intégrant cette couverture à son modèle économique. Moyennant finances, elle propose à certains artistes de programmer tout ou partie de leurs concerts en live sur son antenne.

La radio est aussi devenue productrice d’événements culturels. Son prochain grand concert ? LeBest of Papa Wemba, spectacle prévu en décembre dans la salle Maman-Angebi

Univers FM a notamment été la seule radio à diffuser en exclusivité mondiale, en direct et en intégralité le concert-événement des vingt ans de carrière de Lokua Kanza, en 2014, ainsi que la neuvième édition du festival international Jazzkiff, qui s’est déroulée en juin à Kinshasa. Mieux, la radio est aussi devenue productrice d’événements culturels. Son prochain grand concert ? Le Best of Papa Wemba, spectacle prévu en décembre dans la salle Maman-Angebi de la Radio-Télévision nationale congolaise (RTNC), à Kinshasa.

Patient Ligodi a choisi d’être sur tous les fronts, et il a su bien s’entourer pour parvenir à ses fins. « Je travaille avec une bande de copains, des amis qui possèdent pour la plupart un solide bagage professionnel », reconnaît-il. Beaucoup ont été débauchés de grands médias du pays. « Ils y restaient parce que nous n’avions pas encore notre radio, ajoute-t-il, mais ils n’ont pas hésité à me rejoindre dès que je me suis lancé dans cette aventure. »

Le patron d’Univers FM dirige par ailleurs les Ateliers de journalisme de Kinshasa (AJK), un cabinet qu’il a créé en 2013, spécialisé dans les formations aux métiers de l’information et au management des médias audiovisuels. Il travaille aussi à l’organisation dans la capitale congolaise du premier salon de l’audiovisuel en Afrique centrale (qu’il espère pouvoir programmer très prochainement) et compte implanter sa radio à Matadi, à Goma et à Lubumbashi dans les trois ans à venir.

Trésor Kibangula
 
 

 

11/11/2015

Dialogue : l’Udps insiste sur la médiation internationale

Dialogue : l’Udps insiste sur la médiation internationale  



C’est ce qu’a déclaré le Secrétaire général adjoint de l’Udps, M. Joseph Kapika, lors d’un point de presse qu’il a tenu hier, lundi 09 novembre 2015, au siège du parti à Limete. Le SGA est convaincu qu’il pleuve ou qu’il neige, le dialogue se tiendra parce qu’il va de l’intérêt supérieur de la nation. Répliquant aux attaques en règle ou non contre sa formation politique qui s’affiche pro dialogue, M. Kapika affirme : ‘‘croyez nous, ceux qui font semblant de s’y opposer y prendront part. Toujours par rapport au dialogue, l’Udps, rappelle son SGA, insiste sur la médiation de la Communauté Internationale. 

D’emblée, le Secrétaire général adjoint Kapika est allé tout droit au but pour dire que le président Etienne Tshisekedi est compté parmi les personnalités les plus respectées en Afrique et dans le monde. Comme un prophète n’est jamais reconnu dans sa patrie, dit-il, le président Tshisekedi est traîné dans la boue dans son propre pays. Avant de poursuivre que son seul péché est celui d’avoir exigé la tenue du dialogue politique, un dialogue recommandé par les résolutions 2098, 2147 et 2211 du conseil de Sécurité des Nations Unies. ‘‘Un dialogue réclamé par l’écrasante majorité de notre peuple et par l’ensemble de la communauté internationale’’, a martelé M. Kapika. Et de s’interroger : ‘‘Mais, pourquoi épargner toutes les personnalités et toutes les organisations qui soutiennent la tenue de ce dialogue pour ne s’en prendre qu’à Etienne Tshisekedi, n’est-ce pas là de la haine ? Les ennemis de ce dialogue peuvent-ils soutenir que tous les signataires de l’Accord Cadre d’Addis-Abeba ainsi que ceux de toutes les Résolutions de l’ONU œuvraient déjà pour le glissement et pour le 3ème mandat ?’’

S’en prenant aux frondeurs du lider maximo, le SG adjoint de l’Udps rappelle : ‘‘Grands défenseurs du dialogue pour avoir créé des plates-formes politiques dont la Coalition pour le Vrai Dialogue (CVD), Sauvons le Congo ou encore Forces Politiques et Sociales, ils ont animés des meetings, des conférences de presse et organisé des marches quant à ce, ils sont subitement devenus ennemis de ce dialogue. Œuvraient-ils pour le glissement et pour le 3ème mandat ?’’

De ce qui précède, le SG adjoint de la fille aînée de l’opposition a fait comprendre que certains opposants exigent l’élaboration par consensus d’un calendrier global pour les élections futures. Ils proposent soit une tripartite CENI-Majorité et Opposition, soit encore la convocation d’un forum réunissant la Majorité, l’Opposition et la Société civile, mais, curieusement, note-t-il, ils refusent d’appeler cela dialogue. C’est la mauvaise foi, a insisté Kapika. A l’en croire, la réponse se trouve dans les trois Résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU, à savoir : la Réconciliation après le Hold-up électoral de 2011 ainsi que les violences qui ont débouché sur des morts, des disparus et des handicapés. Pour l’Udps, la feuille de route du 14 février 2015 est claire. A travers celle-ci le président de l’Udps précise les objectifs du dialogue comme suit : le règlement du contentieux électoral de novembre 2011 et son corollaire qui est la crise de légitimité. Définir un processus électoral consensuel sur le calendrier électoral, la restructuration de la CENI et de l’audit du fichier électoral, la restructuration de la Cour Constitutionnelle, le renforcement  du mandat de la MONUSCO pour sécuriser le processus électoral, la création d’un observatoire des élections chargé de la certification des résultats. 

Par ailleurs, il a fait observer que l’Udps n’a cessé de vulgariser et de défendre le contenu de la feuille de route de son président national, un document très apprécié aussi bien au pays qu’à l’extérieur, un document jamais contredit avec des contre-propositions sérieuses, un document qui fait son chemin, n’en déplaise à ceux qui tentent désespérément de diaboliser son auteur, Etienne Tshisekedi. Il a, sans ambages, développé que le président Tshisekedi et son parti ont toujours insisté aussi bien sur le respect des délais constitutionnels que sur la médiation de la communauté internationale.